Gaby Morlay en 1940

Publié le par Daniel LESUEUR

Gaby Morlay en 1940

Comment voyait-on la célèbre actrice en 1940 ? Son caractère d'après sa physionomie ? Voici ce qu'on écrivait sur elle dans l'almanach de Ciné-Miroir :

- Sa physionomie futée ne s'apparente à rien. C'est un enchevêtrement des types classiques les plus divers, les plus opposés.

- Un petit front bombé, des joues haut placées, des angles accusés et des formes douce : la ligne fine du nez et l'écartement étrange des yeux ; autant de contrastes d'un tempérament mobile, riche de dons et insaisissable pourtant.

- Tout est souplesse d'esprit et vitalité intense, intuition et vivacité. L'arcade sourcilière à peine marquée, le nez fin, l'angle des joues par rapport aux tempes : c'est l'esprit qui fuse de partout en elle. Il domine et subordonne les facultés. Ironique et piquante, elle rit de tout sans méchanceté, c'est un jeu, un plaisir raffiné.

- Son caractère est mouvant, impulsif, surprenant. Extrêmement sociable, elle est pourtant indépendante et volontaire. La vivacité de son intelligence peut donner l'impression d'un manque de sincérité, d'une certaine inconstance mais la forme du front dément cette tendance à la légèreté, à l'ironie d'apparence superficielle. Il est celui d'une femme de tête, profondément intuitive. L'esprit et la sensibilité ne peuvent se séparer et il en découle bienveillance, bonté réelle et générosité. Par contre, ce caractère risque d'être émotif à l'excès dans la souffrance comme dans la joie. C'est une plaque sensible délicate et fragile.

- Le menton et la bouche sont volontaires et... un peu rusés, très courageux. Elle ne peut cacher ses sentiments de sympathie ou d'antipathie, mais le fait avec l'élégance d'un esprit cultivé, incisif. Ce tempérament attire plus d'amis que d'ennemis, mais... il vaut mieux, pour ne pas tomber sous les coups délicats de son ironie, être du bon côté de la barricade.

Publié dans CINEMA

Commenter cet article