Les Shirelles, merveille black de 1960-1961

Publié le par Daniel LESUEUR

Les Shirelles, merveille black de 1960-1961

Au milieu des années cinquante, Shirley Owens, Doris Coley, Beverley Lee et Adeline Harris, quatre copines de lycée, forment le groupe vocal des Poquelos. Elles s’enregistrent sur un petit magnétophone et font circuler la bande. Florence Greenberg, Pdg du label Tiara qui deviendra le célèbre label Scepter, leur offre une chance de sortir un disque en 1958 ; à l’échelle américaine, on peut considérer que c’est déjà un semi-succès puisque « I met him on a Sunday » se classe 49è en 1958. Mais… peuvent mieux faire !

Pour commencer, abandonner ce nom de Poquellos, un peu restrictif car trop typé, pour celui de Shirelles. Et, profitant qu’il n’y a pas grande concurrence sur le marché du disque en formations vocales féminines, sélectionner en toute quiétude un répertoire adapté à leur style romantique parmi toutes les compositions qui circulent en quête d’interprètes. Un répertoire pop, mais du fait de la couleur de leur peau, elles sont parfois classées à tort dans le rhythm’n’blues.

En 1959, lors de sa première publication, « Dedicated to the One I love » est un échec ; réédité l’année suivante, il devient un énorme succès, au point d’être repris par les Mamas and Papas en 1967.

« Mama said », en 1960, est également un énorme succès. Parmi leurs plus belles réussites, citons, la même année, « Will you love me tomorrow », un titre signé Carole King et Gerry Goffin ensuite repris par énormément d’artistes (la version de Dusty Springfield reste l’une des meilleures)... quasiment le meilleur 45 tours de 1960-1961. Persuadez-vous en cliquant ICI.

En 1961, « Baby it’s you » et « Soldier boy » marchent très fort. Puis, en 1963, « Foolish little girl » (repris en français par Tiny Young, « Tais-toi petite folle »).

Elles ont eu un tel succès que les Beatles, sur leur premier album, leur rendent hommage en reprenant deux de leurs hits, « Baby it’s you » déjà cité et « Boys ».

En 1964, hélas, l’assez médiocre « Sha la la » (repris en Angleterre par Manfred Mann) marque la fin de leur grande époque qui aurait pu être plus riche encore : « My boyfriend’s back », l’énorme hit de 1963, avait été écrit pour elles mais la maquette (version de démonstration) réalisée par les Angels (1) était si réussie… que les Shirelles n’en virent pas la couleur !

Réduites à un trio, elles s’accrochent, publiant des disques jusqu’en 1973, date de leur séparation (elles se reformeront, notamment en 1983… mais qui s’en souciait encore à l’époque ? La magie avait disparu).

Les Shirelles se produisent encore aujourd’hui ici ou là en trio, car Doris Coley-Kenner, devenue Doris Jackson, qui avait quitté le groupe en 1968, est morte en 2008. Les Shirelles furent sans conteste le premier girls group vraiment célèbre avec pas moins de 25 titres classés dans le hit-parade américain (et certains, également, en Europe) sur un total de huit albums entre 1959 et 1964.

(1). The ANGELS : Ce groupe féminin vocal blanc n’a eu que ce seul hit, malgré trois albums et une vingtaine de 45-tours publiés entre 1961 et 1968.

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article