Une info passée sous silence...

Publié le par Les auteurs libres

J'espère que vous aurez remarqué que je ne donne pas mon avis obligatoirement sur TOUT. La réouverture des bistrots, des restau, des cinés et des musées, j'en n'ai rien à foutre car c'est juste une histoire de POGNON. Vous pensez bien que le mec qui bosse au Louvre, il en a rien à branler qu'on vienne ou pas regarder la Joconde ou la Vénus de Milo : pour lui, ce qui compte, c'est de ne pas se retrouver au chomdu.

Pas un avis sur tout, mais quand on touche aux droits de l'homme, je bondis. Il faut absolument se contraindre à la vigilance face à une dictature EN MARCHE.

6 janvier 2021 : Le Conseil d’Etat autorise l’élargissement des fichiers de police

Dans tous ces fichiers, on trouvera désormais l’appartenance d'individus à un parti, à un syndicat, l'appartenance religieuse ou philosophique, les habitudes de vie, les comportements sur les réseaux sociaux (les identifiants, les photos, les commentaires postés sur internet). Il y aura en outre la pratique sportive, l’orientation sexuelle ou encore des données de santé comme les troubles psychologiques ou psychiatriques "révélant une dangerosité particulière". 

J'en ai parlé à quatre personnes. Deux n'ont pas répondu (s'en foutent ?)... La troisième m'a dit "Bof, ça ne nous concerne pas...". Bin évidemment, ça ne nous concerne pas AUJOURD'HUI ; mais lorsqu'on aura fiché tous les syndicalistes, tous ceux qui vont dans des manif' et tous ceux qui sont inscrits à un parti,  et bin (de préférence après mai 2022), on commencera à ficher ceux qui ont des pratiques sportives, des orientations sexuelles et des habitudes de vie. C'est-à-dire TOUT LE MONDE !

Le « spectre du Big brother en 2022 ».

L’Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale (abrégé EDVIGE) est un projet de fichier de police informatisé créé en et qui a été retiré en novembre de la même année. Est-il de retour ce 6 janvier 2021 ?

Dunja Mijatovic, la commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a souligné à quel point, non seulement l'article 24, mais TOUT le contenu du projet de loi sur la sécurité globale était liberticide. Il lui a fallu deux mois pour tirer ses conclusions, mais ça les mérite. Espérons qu'elle sera bientôt alertée sur l’élargissement des fichiers de police.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article