Les maladies honteuses

Publié le par Les auteurs libres

Qu'appelle-t-on MALADIE HONTEUSE ? La chtouille, oui, là, d'accord : lorsqu'on va voir son médecin, on en sort la queue basse. Mais la grippe, bordel, pourquoi serait-elle moins NOBLE qu'un bon vieux cancer des familles ? L'année 2020 aura vu 64 921 décès dus au COVID.  Le cancer, lui, en aura fait environ 150 000.

Maladie honteuse

Le COVID n'est pas une maladie honteuse, mais une maladie qui fait honte à notre société arrogante, prétentieuse et imbue de sa personne. Un virus qui ose narguer les Dieux Rendement, Profit et Compétitivité, ô mais quelle impudence !

On disait jadis que la France disposait du meilleur système soignant du monde entier. Et puis, au début des années 80 (coïncidant paradoxalement avec l'arrivée au pouvoir de pseudo socialistes), l'argent - la cupidité, en fait - s'est emparé de tout. La médecine, davantage que SOIGNER, devait RAPPORTER DE L'ARGENT ; une insatiable quête du profit qui a fait fermer des lits et des hôpitaux, compressé ceux qui y travaillaient, pas remplacé ceux qui partaient. Les campagnes ont été désertées par les médecins qui ne gagnaient pas assez d'ARGENT... Notre société dite évoluée - par rapport à celles dont on a remplacé l'épithète "sous-développé" par "en voie de développement" - et le fait est qu'il est bien difficile aujourd'hui de trouver en France des produits qui ne sont pas "made in China"... Notre société a HONTE de se trouver démunie face à un virus qu'elle ne SAIT pas soigner et ne PEUT pas soigner du fait d'avoir crucifié son outil sanitaire.

Le COVID fait honte à nos dirigeants successifs, pointant d'un index dénonciateur leur INCURIE

... Incurie ? Plutôt cette soif de "l'économie des moyens" incompatible avec les recommandations les plus élémentaires :

Extrait du Livre blanc sur la défense de 2013 préfacé par François HOLLANDE :

Le risque existe d’une nouvelle pandémie hautement pathogène et à forte létalité résultant, par exemple, de l’émergence d’un nouveau virus franchissant la barrière des espèces ou d’un virus échappé d’un laboratoire de confinement.

- s’il s’agit d’une coïncidence, c’est tout simplement la nature qui réagit aux mauvais traitements que nous lui avons infligés (les études ne manquent pas, qui démontrent la corrélation entre pollution, déforestation etc. et la mutation des microbes et virus (lire l’article récent du Monde diplomatique en cliquant ICI)

Extrait du Livre blanc sur la défense de 2008 préfacé par Nicolas SARKOZY :

Sur les quinze années à venir, l’apparition d’une pandémie est plausible. Quelle qu’en soit l’origine (naturelle ou malveillante), le traitement de ses conséquences serait identique, du point de vue de la protection de la population. En cas de déclenchement de la pandémie, il s’agit d’empêcher que la crise sanitaire ne dégénère en crise humanitaire, économique, sécuritaire, voire institutionnelle.

 

Deux poids, deux mesures

Les chiffres évoqués confortent la thèse complotiste d'un microbe tombé à pic pour sauver des pouvoirs en perte de... pouvoir et de contrôle fin 2019. Evidemment ceux qui ne supportent pas les théories soi-disant complotistes argueront que si l'on ne déplore "QUE" x milliers de morts de la grippe, c'est parce qu'on a tout fait pour enrayer la propagation du virus. Mais c'est couillon : on fait aussi TOUT pour enrayer le cancer, et ça marche encore moins ! Alors pourquoi deux poids, deux mesures ? Inflige-t-on une amende de 135 € à quiconque achète un paquet de cigarettes ? Fait-on fermer les lieux où l'on vend des aliments "trop sucrés, trop salés, trop gras" riches en pesticides et adjuvants néfastes générateurs de cancers, d'obésité et d'AVC ? Y aurait-il une certaine noblesse à mourir d'une maladie "longue et pénible" (vous aurez remarqué que dans les médias on évite souvent de prononcer le mot "cancer"), serait-il trivial, bas et ig-noble (oui, en deux syllabes) de mourir d'une grippe en quelques jours ? Plus d'un cancéreux qui traîne durant des mois de salle d'attente en table d'opération ne préférerait-il pas, finalement, crever vite-fait bien-fait d'une "bonne grippe" que de souffrir pendant des mois à dégueuler ses tripes et perdre ses cheveux et sa dignité, victimes des rayons prétendus le SOIGNER ?

Modifier notre comportement en société et en famille. Broyer les individus... dont beaucoup semblent s'en accomoder avec complaisance

J'ai un profond mépris pour les hypocrites. Et n'est-ce pas un mélange d'hypocrisie, de bassesse, la manifestation d'un comportement larvaire face à des mesures grotesques, qui conduit des gens à mettre un masque pour passer le seuil d'un café ou d'un restaurant pour l'enlever immédiatement la porte franchie ? De grotesques fourches caudines qu'une large frange de la population semble accepter sans broncher, et même avec un certain plaisir sans réfléchir à quel point elle s'abaisse au rang d'esclave.

Nous sommes tout à fait en présence d'une manifestation de servitude volontaire (voir explication sur wikipedia). C'est pas bien glorieux, ma foi ! 

Et si tout ceci menait à un ENSAUVAGEMENT des braves gens ? pour ma part j'ai une rage folle qui ne demande qu'à être canalisée. Il ne manque qu'une étincelle pour mettre le feu aux poudres... ou au moins à la mienne. Et si on réussissait ce qu'on a raté en 68 ?
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article