Et sinon, à part les mémées qui n’ont ni internet ni imprimante, des assassins et des trafiquants de drogue, vous en attrapez beaucoup en ce moment ?

Publié le par Les auteurs libres

Hier il faisait très beau à Clamecy (3 500 habitants. Que des vieux… dont moi) Comme d'habitude depuis que le port du masque est obligatoire dans les lieux publics (10 juillet), j'attendais ma compagne devant chez Auchan pour porter les paquets quand elle sortirait. Y a pas d’raison qu’elle se coltine toute seule mes 5 litres de bière (à ce propos, je n’incrimine en rien la bière, qui est très légère, mais les bouteilles en verre qui sont d’une lourdeur… d’une lourdeur. Et en plus, après, faut aller les porter au container. Heureusement qu’au moment de l’adieu, elles sont vides. C’est quand même nettement moins lourd, vide). Bref… Me tombe sur le poil une bagnole de gendarmerie ; ils étaient quatre et moi tout seul (en plus je pèse 42 kilos, je faisais pas le poids. Je leur explique ce que je fais ; eux : que je suis à moins de 50 mètres alors que je dois mettre un masque ou m'éloigner. D'ailleurs ils ont dit "mettre MON masque". J'en n'ai pas (!)... mais je l'ai pas dit, j'avais pas envie que la discussion traîne. Alors très nonchalamment je suis allé me poster au soleil un peu plus loin pour aller fumer une clope. J’étais bien. Mais je me suis quand même demandé si j’avais le profil d’un délinquant, le mec qui attend que les gens passent la porte du magasin pour leur éternuer dans la gueule à moins d’un mètre. Je sais pas. Ce qui me fait marrer, c'est qu'ils veulent que je porte un masque TOUT SEUL EN PLEIN AIR alors que eux, à quatre dans une petite bagnole, y avait pas un mètre de distance, et qu’avec la trouille que j’ai dû leur filer, ils ont dû s’envoyer des gouttelettes de transpiration. Un cluster, en quelque sorte, la petite bagnole de gendarmerie. J’ai bien fait de m’éloigner.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article