Ancien Monde, Nouveau Monde : quelle est la différence primordiale ?

Publié le par Les auteurs libres

L'Ancien Monde, du moins dans nos contrées, a duré environ deux millénaires. Il reposa sur le principe énoncé dans la locution latine prononcée au sénat romain, "Verba volant, scripta manent" (traduit plus ou moins correctement par "les paroles s'envolent, les écrits restent"). Avant sa mort définitive (en France, le 14 février 2020, Saint-Valentin, fête des amoureux, qu'ils soient fidèles on non), l'Ancien Monde résista tant bien que mal à la troisième forme d'expression, celle qui se situait - se situe ! - entre l'oral et l'écrit : l'IMAGE.

Passons sur les dessins aux murs des cavernes, c'est bien avant la période qui nous intéresse, et arrêtons-nous sur le cas des peintres engagés qui devaient utiliser des anamorphoses pour faire passer leurs idées sans pour autant finir au bûcher ou bien les yeux crevés. Puis l'art graphique se libéra, de Guernica aux couvertures de Charlie-Hebdo.

Tout alla très vite entre l'interdiction à leurs enfants par beaucoup de parents dans les années cinquante de lire des BD... jusqu'à l'après Mai-68 où là, au contraire, c'était "vachement in" de parader avec le tout nouveau Astérix.

Entre-temps, ainsi qu'avant et après, le cinéma avait lui aussi morflé (de l'interdiction de Nuit et brouillard à l'incendie du cinéma Saint-Michel par des intégristes catholiques) et résisté. L'image audiovisuelle marquait des points. Elle allait tout écraser.

Dans l'Ancien Monde, on ne faisait pas trop attention à ce qu'on disait ("Les paroles s'envolent"... or depuis l'invention du magnétophone - et à plus forte raison depuis la naissance des chaînes d'info en continu - elles ne s'envolent plus du tout).

Dans l'Ancien Monde, on faisait attention à ce qu'on écrivait (enfin, pas toujours : Deux ans après, le livre de 79 pages courageusement signé Sean Christian, et qui était sorti de la plume de Benjamin Griveaux en 2007, refit surface ces jours derniers)...

Dans l'Ancien monde, c'est ballot, on n'avait pas pensé que les photos, les vidéos, étaient, par essence, plus proches de l'écrit ("les écrits restent") que de l'oral "les paroles s'envolent").

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article