Des loups et des hommes...

Publié le par Les auteurs libres

Jusqu'à récemment, la réintroduction du loup dans les Alpages faisait débat entre les partisans et les opposants. Quand on habite le 16è arrondissement de Paris, les loups on les repère facilement à leurs voitures et bijoux de luxe. Mais dans la "France d'en bas", c'est plus compliqué.

Le loup est une race à protéger (comme les collectionneurs de vieux films, dont je fais partie).

… à protéger, mais quand il vient bouffer les troupeaux des bergers, i' fait chier, le loup.

Mais si le loup croque de l'agneau, c'est pas par méchanceté; c'est parce qu'il a les crocs (pour ceux qui ne sont pas Parigots : "AVOIR LES CROCS" = "AVOIR LA DALLE". Avoir faim, quoi !).

Or la période estivale vient de permettre à Nicolas HULOT d'avoir une idée. il en a toujours beaucoup mais aucune n'est jamais appliquée… ça fait chier de payer un ministre à rien branler. Juste penser et faire des promesses, ça coûte cher au contribuable.

Nicolas HULOT vient d'envisager un système de POINT RELAIS.

Souvent, l'été, des automobilistes abandonnent au bord des routes leur chat, leur chien, leur maîtresse pénible, leur gosse ou leur belle-mère (une statistique indique que les deux catégories les plus touchées sont, en premier lieu, les belles-mères. Ensuite les chiens).

En plein mois d'août, en plein cagnard, le chat, le chien, la maîtresse pénible, le gosse et la belle-mère déambulent, hagards, assoiffés, déshydratés, asséchés à la recherche de leurs racines. et, à 500 kilomètres de ses racines, on ne les retrouve pas, au point d'être obligé, pour subsister, d'en bouffer (des racines). … ça fait désordre.

Les écologistes dès le 15 août vont signaler des points relais connus des loups, à l'orée des bois. Les automobilistes seront tenus d'y déposer leur chat, leur chien, leur maîtresse pénible, leur gosse ou leur belle-mère et de les attacher au pieu. Ainsi les loups, repus, cesseront d'emmerder les bergers et de croquer de la biquette.

(PS : on apprend en dernière minute que Hulot va devoir renoncer à son projet : Manu Macon lui a demandé de le retirer, du fait que son électorat passionné est principalement constitué de chats, de chiens, de maîtresse pénible et de belles-mères).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article