La vérité sort de la bouche... du Vatican

Publié le par Daniel LESUEUR

Certains - qui ne me lisent pas - pourraient considérer mes écrits comme émanant - au choix - d'un râleur… un moralisateur… un soixante-huitard attardé… un hippie mal dégauchi… voire un anarchiste. Le fait est que je n'hésite pas à garnir mes billets de gros mots, souvent puisés aux sources les plus respectables ("Casse-toi pôv' con"). Aussi, lorsqu'une fine plume écrit de manière précise et d'une langue châtiée des réflexions que je partage, je n'hésite pas à leur rendre hommage.

Voici donc, tel quel, le texte du Canard enchaîné de cette semaine :

Des pratiques pas très catholiques. Voilà, en résumé, ce que reproche au capitalisme mondialisé le Vatican, dans un document de 18 pages rendu public jeudi 17 mai.

Sobrement intitulé « Oeconomicae et pecuniariae questionaes - Considérations pour un discernement éthique sur certains aspects du système économique et financier », ce texte, approuvé par le pape François, voit rouge contre la « culture profondément amorale » de l’économie ultra financiarisée.

Alors que « la récente crise financière aurait pu être l’occasion de développer une nouvelle économie, plus attentive aux principes éthiques », les hommes ont persisté à vendre leur âme au diable.

C’est ainsi qu’« un égoïsme aveugle semble parfois prévaloir, limité au court terme : faisant fi du bien commun, il exclut de ses horizons la préoccupation non seulement de créer mais aussi de partager la richesse ». Quelle idée, en même temps !

D’où ce regret amer du Saint- Siège : « Le but du pur lucre crée facilement une logique perverse et sélective qui favorise souvent l’avancement au sommet de l’entreprise de sujets capables mais avides et peu scrupuleux, dont l’action sociale est mue principalement par un gain personnel égoïste. » Bonjour l’ingratitude envers les premiers de cordée !

cliquer ICI

Notre photo : il en a ras la casquette, le Pape,  de l’économie ultra financiarisée.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article