Etre à part ou à part entière

Publié le par Patrick Bénard

  Ca peut paraître complètement dingue mais il semble n’exister aucune biographie de Nick Cave à part cette grande première. Que Christophe Deniau en soit infiniment remercié pour cette première tentative. Comment est-il possible qu’un artiste de cette trempe, auteur, compositeur, interprète et écrivain, n’ait jamais eu l’occasion d’avoir une reconnaissance par ses pairs, ses admirateurs, par ses proches ou ses fans en France ? Il était largement temps de remédier à cette erreur. Et c’est plutôt largement bien foutu surtout sur 300 pages, parce que le personnage en vaut bien le double. Peu importe, l’auteur réussit l’exploit de pénétrer et de nous aider à comprendre l’univers du personnage. Paraphrasant Pessoa, l’immense auteur portugais de « Le Livre de l’Intranquillité », on découvre Nick Cave tel qu’il a toujours été : aussi sauvage que paisible, aussi tourmenté qu’imprévisible. En suivant sa carrière au fil des groupes, de The Boys Next Door, The Birthday Party, les toujours remarquables Bad Seeds, et l’intermède Grinderman, la trajectoire devient de plus en plus aboutie, définie. Du punk ébouriffé, violent, il parvient à l’épanouissement, la construction exemplaire d’une mélodie jusqu’à l’épure totale, sans rien renier du passé. Ces quasis quarante ans de carrière ne passeront pas de façon légère. Il suffit de lire ses textes qui relèvent de l’amour, de la mort, de la religion, de la rédemption, sans oublier la vie actuelle, quotidienne, jusqu’à en payer le prix récemment avec le décès d’un de ses fils il y a deux ans et demi. Il s’agit ici d’amitié (Mick Harvey), de rencontres, (Wim Wenders, Blixa Bargeld, Warren Ellis), d’amour (Anita Lane, P.J. Harvey, Susie Bick) et d’évolution musicale dans une ligne droite parsemée de courbes, d’éclairs éclaboussés de tonnerre et de rage. Sans oublier ses romans, poèmes, musique de films et d’éblouissants concerts. Ce type n’a pas encore fini de nous épater et on en redemande.

Christophe Deniau

Nick Cave – L’intranquille

Castor music – 310 pages – 20 €

Publié dans musique, LIVRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article