Nègres : les langues se délient...

Publié le par Daniel LESUEUR

Pauvre Fifi ! On lui aura tout repris : après les costumes, les discours ! Celui du 1er mai de la "leadeuse" du FN était en partie un copié - collé du sien débité quelques jours auparavant. Aucun des deux ne l'avait écrit lui même : le second couteau, c'était Coûteaux (cliquer ICI).

Bref, qui écrit quoi ?

De Fillon à Le Pen en passant par Jacques Attali et PPDA, petit tour d'horizon de ceux qui ne sont pas menacés par la crampe de l'écrivain... tout en passant sous silence Alain Minc et ce pauvre Joseph Macé-Scaron, qui - quelle coïncidence ! - eut l'honneur (!) d'écrire des discours de Fillon. Tombé dans l'oubli, Macé-Scaron eut sa minute de gloire, non pas pour ses écrits, mais pour avoir montré sa gueule à la télé lorsque, l'espace de quelques secondes, la caméra se détournait des genoux d'Alessandra Sublet. Pourtant il se voyait bien dans la peau de Montaigne, Macé-Scaron (cliquer ICI).

Le nègre, écrivain de l'ombre

Un responsable politique n'a généralement pas le temps d'écrire ses discours ni d'écrire un bouquin. Tout le monde le sait, personne ne l'avait encore jamais vraiment dit...

Comment une telle honte peut-elle exister ?

Pourquoi les nègres iraient-ils se tuer à « pondre » un texte qu’ils peuvent couper-coller… d’autant que ce n’est pas eux dont le nom sera sali lorsque la supercherie sera découverte ?

Les nègres, par contrat, s’engagent à ne pas révéler qu’ils ont écrit pour / à la place de… sinon ils sont « morts » (professionnellement parlant. Espérons que ça ne va pas plus loin. Calmez-vous, au FN !) ; ils doivent rembourser l’argent qu’ils ont touché, et de plus, ils encourent des poursuites. Comme ce sont des types pris à la gorge financièrement, on put longtemps leur faire confiance ; exemple ce "Arthur, 27 ans" qui écrit les discours d'un "ministre régalien", nous apprend Arteradio... Reportage intitulé Le poids d'une plume (cliquer ICI). Ce reportage ne nous apprend rien, en fait : il pourrait très bien s'appeler Gilbert et avoir 29 ans, le nègre ! On le voit, le silence pèse encore très lourd.

Depuis une bonne vingtaine d’années, ces types brillants et exploités ont vu surgir dans la corporation d'autres, feignants ou malicieux, voire les deux. Et un peu cons, aussi, pour croire que, si leurs crétins d'employeurs ne se rendent compte de rien, personne n'irait creuser leurs écrits, si creux soient-ils.

Début 2011, L’Express brisa, sinon l’omerta, au moins un silence.

Tout cerveau normalement constitué a dû se poser la question, devant la profusion de discours-fleuves, devant les étals des libraires regorgeant, débordant d’épais bouquins signés par des grands noms, entre autres, de la politique ou des médias : mais comment font-ils, comment trouvent-ils le temps d’écrire des livres avec tout le travail qu’ils abattent ? Passé ce moment –fugitif- de questionnement, l’homme de la rue retourne regarder la télé. Point final… jusqu’à un certain article de L’Express

Nègre, teinturier ou écrivain fantôme

Le critique, lui dont la mission est de véhiculer l’art, la culture, l’information, celui qui fait partie des « milieux bien informés », comment fait-il pour s’accommoder de cet implacable paradoxe ?

Va-t-il cirer les pompes, pour son livre, d’un type dont il sait pertinemment qu’il ne l’a pas écrit ? Le 4 janvier 2011, en mettant en doute l’authenticité du travail de Patrick Poivre d’Arvor en suggérant que sa biographie d’Hemingway a été rédigée par un nègre qui a profité de son anonymat pour faire un bête copié-collé, l’Express révèle au grand public ce que tout le monde a deviné depuis belle lurette.

Le guignol de l’info… et aussi de la littérature ?

Le journaliste Patrick Poivre d'Arvor, présentateur du JT de TF1 pendant 21 ans, et dont la réputation avait été écornée par une fausse interview de Fidel Castro en 1991, fut soupçonné d'avoir plagié, dans sa biographie d'Hemingway, près de cent pages d'un livre de 1985.

Sous le titre « Biographie d'Hemingway : PPDA accusé de plagiat par l'Express », le site TF1.news ne fait pas un effort pour défendre la star du PAF dont elle s’est débarrassée il y a peu : à peine écrit-il que « PPDA trouve ce soupçon "très désobligeant". Il faut dire que ça semble difficilement défendable : l’ Express publie des extraits de la biographie à paraître du journaliste-écrivain "Hemingway, la vie jusqu'à l'excès" dont "une centaine de pages sont directement inspirées d'un ouvrage de Peter Griffin".

Les extraits sont éloquents - "Les emprunts opérés par le journaliste-écrivain sont manifestes, massifs, écrit l’Express et comme portés par un étonnant sentiment d'impunité. Selon notre enquête, ce sont près de 100 pages de son Hemingway, la vie jusqu'à l'excès qui sont directement inspirées de l'ouvrage de Griffin, sans qu'aucun guillemet le signale.

Des dizaines et des dizaines de paragraphes s'apparentent à des copier-coller, souvent grossièrement maquillés par des inversions de phrases ou l'usage effréné de synonymes. On s'amusera de voir le "lait condensé" de Griffin devenir du "lait concentré" sous la plume de PPDA, un "maréchal-ferrant" se transformer en "forgeron" et l'"opulente chevelure auburn ramassée en chignon" de la future épouse de Hemingway se muer en "beaux cheveux auburn ramenés en chignon"... Mais on pourrait citer des centaines d'autres exemples".

Cerise sur le gâteau : l'Express nomma celui qu'il soupçonnait d'avoir écrit à la place de PPD : Bernard Marck.

Quant à Jacques Attali, Médiapart révèle que "pour écrire ses discours, et 5 essais et romans par an, il fait appel à une imposante cohorte d'étudiants et autres soutiers de la plume pour l'alimenter en fiches sur tous les sujets, budget, économie, technologies et on en passe. Fatalement, Attali ou ses petites mains cèdent parfois à la tentation du plagiat comme dans les livres Histoire du temps, ou l'on retrouve des passages entiers de Junger ou Le Goff et Verbatim de Elie Wiesel.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
É
L'échec patent des analyses de M.Attali n'est plus à démontrer:sur le bien fondé de l'intégration européenne,sur l'excellence de M.Macron,sur l'austérité nécessaire dans les services publics en France,sur l'alignement inconditionnel de la France sur les Etats-Unis,sur le souverainisme + récemment...etc.En fait M.Attali a su nous imposer comme une évidence une arrogance à couper le souffle.C'est,je crois,le seul domaine où sa réussite est flagrante.Tout le reste est très contestable.
Répondre
T
je ne peux et ne veux pas imaginer que l'auteur que j'admire n'est pas le vrai auteur mais que c'est un nègre qui se cache derrière.
Répondre