Disques de collection : les picture discs du label Vogue, 1946

Publié le par Daniel LESUEUR

Disques de collection : les picture discs du label Vogue, 1946

L'invention du vinyle autorisa la commercialisation de superbes disques imagés (picture discs) aujourd'hui très recherchés.

Les premiers disques qui ne sont plus "bêtement" (!) noirs apparaissent vers 1918. Malgré des débuts prometteurs à partir des années 1920, le "picture disc" et le "shape disc" connaissent une éclipse d'une dizaine d'années avant de refaire parler d'eux... Et encore le véritable succès commercial n'est-il au rendez-vous que beaucoup plus tard: il faut la découverte du vinyl pour toucher un public plus vaste… quoi que néanmoins restreint, puisque limité aux collectionneurs argentés.

La Seconde Guerre Mondiale freine l’industrie phonographique

Elle repart de plus belle juste à la fin du conflit: on compte, aux U.S.A., jusqu’à 200 compagnies discographiques. Pour sortir du lot, il faut innover. Avant qu'il ne décide de ramener un disque chez lui pour l’écouter, il faut inciter le consommateur à en faire l’acquisition.

Curieusement, au milieu des années 40, nul n’a encore songé à exploiter le potentiel attractif d’une pochette personnalisée. C’est donc le disque lui-même qui doit séduire le mélomane...

Un disque doit être beau pour donner envie de l'écouter, de l'acheter

C'est en tous cas ce que pense Tom Saffady qui reste, encore aujourd'hui, un précurseur en matière de picture disc.

En 1946, Saffady est un jeune industriel américain dont la société, Sav-Way Sara Seal Inc. a travaillé à plein rendement durant le conflit. Son usine de Eight Miles Road, qui dispose de 600 employés, lui a rapporté six millions de dollars pendant la guerre. Ce capital lui semble suffisant pour “lancer” un label de disques susceptible de se différencier de ses nombreux concurrents.

Son objectif est simple

Saffady compte faire la synthèse des expériences déjà réalisées en matière de disque illustré, tout en apportant robustesse, qualité sonore et esthétisme. Lors d'une conférence de presse, il annonce qu'il va commercialiser des 78 tours incassables... et élégants ; il a en effet l'intention de relancer l'industrie du disque, en sommeil pendant la guerre, en combinant l'usage de ce tout nouveau matériau, le vinyle, avec la technique du picture disc abandonnée depuis une dizaine d'année. Et pour le rendre plus solide, il utilisera un support en aluminium (il faut savoir que jusqu'alors les 78 tours de cire ou d'ardoise volaient en éclat lors du moindre choc; désormais, on pourra au moins conserver un disque fêlé ou ébréché le temps de le retrouver à l'état neuf).

Le fait est que son label, qu'il nomme Vogue, est sublime. (à suivre en CLIQUANT ICI).

Publié dans COLLECTIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article