Wanda Jackson, une légende toujours bien vivante

Publié le par Daniel LESUEUR

Wanda Jackson, une légende toujours bien vivante

La première rockeuse vraiment célèbre est indiscutablement Wanda Goodman dite Wanda Jackson. Née en 1937, elle est donc de deux ans plus jeune qu’Elvis. La « tempête Wanda » aurait dû déferler avant la « tempête Presley » mais l’on découvrit qu’elle était mineure, ce qui retarda de quelques mois la publication de ses premières galettes.

Elle est déjà, dès 1954, un pur produit de marketing car son producteur Ken Nelson prend soin, sur chaque disque, de proposer, sur une face, un rock’n’roll, sur l’autre un titre country. Ainsi toutes les radios, quelle que soit leur coloration, se voient offrir à boire et à manger ; du fait, elle jouit déjà d’une certaine notoriété lorsqu’en 1960 elle publie « Let’s have a party ».

Elvis et Wanda, qui eurent ensemble une brève histoire d’amour en 1955, eurent l’occasion de se produire ensemble en public.

Presley ayant délibérément choisi la voie du rock’n’roll, il conseilla à Wanda de se spécialiser dans la country. Ce qu’elle fera, d’ailleurs. S’agissait-il de la part du futur King d’un conseil désintéressé… ou souhaitait-il adroitement évincer une rivale ?

Elvis était visionnaire : pour les besoins de son deuxième film, « Loving you » (1957), il enregistrera « (Let’s have a) Party », donc trois ans avant Wanda, mais sa version à lui passera inaperçue. Certes, il s’agissait juste d’un bouche-trou de 1’26’’ mais si son manager avait été capable de discerner son potentiel commercial, il l’aurait fait réenregistrer et c’est Elvis, et non pas Wanda, qui en aurait fait un classique du rock’n’roll.

Début 2011, à plus de 73 ans, la mémée avait toujours la pêche : avec en ouverture du disque une version hyper rock de « Shakin’all over », elle sortait encore un CD au titre provocateur, « The Party ain’t over », qui indique clairement que cinquante ans après « Let’s have a party », elle n’a pas dit son dernier mot.

Tout un symbole : les femmes du rock, en effet, sont loin d’avoir poussé leur dernier cri (pour en savoir plus, cliquer ICI).. Et pour en savoir plus sur le rockabilly, voir "ROCKABILLY FEVER " de Michel ROSE (386 pages), éditions camion Blanc, référence ECB 272, sortie janvier 2015.

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article