Halte aux crevettes décortiquées !

Publié le par Daniel LESUEUR

Et dire qu'il y a un demi-siècle, l'argument de la publicité, c'était une formule de type "directement du producteur au consommateur". Avez-vous vu le téléfilm allemand de 2011 "La Sirène marocaine" ? Deux routiers allemands s'apprêtent à voyage relativement sans être véritablement persuadés de son bien-fondé :

- Est-ce que tu trouves bien raisonnable de conduire sur 2500 kilomètres jusqu'au Maroc 5 tonnes de crevettes à décortiquer... et à nouveau refaire 2500 kilomètres, mais dans l'autre sens, pour les ramener sur nos tartines en Allemagne ?

Le site de la journaliste Isabelle Masson-Loodts, à consulter en priorité : http://www.madamenature.be/ nous en apprend de belles sur la crevette !

Décortiquons nous mêmes nos crevettes

"La crevette est le produit de la mer qui voyage le plus", écrit Madame Nature : 72% des crevettes consommées dans les pays occidentaux viennent d’Asie. Il reste des crevettes pêchées en Mer du Nord, mais on connait leur cas d’école : elles sont transportées en camion jusqu’au Maroc pour y être décortiquées et emballées, avant de revenir en Europe pour être consommées…

Par paresse, l'homme tue sa planète nourricière

Avec plus de 4 millions de tonnes de crevettes vendues chaque année dans le monde, la crevette est le premier produit de la mer échangé sur le marché international, devant le thon et le saumon . Malheureusement, ce petit crustacé occasionne des dégâts liés à la pêche industrielle dont elle est l’objet. Les 3/4 des crevettes vendues sont « des crevettes sauvages, pêchées au moyen de filets coniques que les bateaux traînent dans les estuaires et les baies , avec des conséquences sur les fonds marins qui s’apparentent à la déforestation en surface ». Dans les zones tropicales, il est courant que pour obtenir un seul kilo de crevettes, on pêche 10 kilos de poissons, tortues marines et autres prises dites « annexes » .

Halte aux crevettes décortiquées !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article