Rolling Stones : la pochette de disque scandaleuse

Publié le par Daniel LESUEUR

Septembre 1966 reste, pour beaucoup, une date à marquer d’une pierre blanche : ce mois-là, les Stones dépassèrent toutes les limites de la bienséance pour basculer dans l’outrage avec la publication de leur 45-tours « Have You Seen Your Mother, Baby, Standing In The Shadow ? ».

Le titre, au demeurant un excellent pop-rock hargneux et vivifiant, fit moins parler que l’opération de promotion qui l’accompagnait. Jusqu’alors les 45-tours, en Grande-Bretagne, étaient vendues sous « pochette label », c’est-à-dire une pochette anonyme, la même pour tous les artistes de la marque.

Les Stones écrabouillèrent cette coutume : selon eux, ils en vendraient d’avantage en publiant leur nouveau single sous pochette personnalisée.

Et pas n’importe quelle pochette : la photo montrait les cinq Stones habillés en femmes, et, de surcroît, maquillés comme des putes. Pour réaliser le cliché, ils firent appel à un ami réalisateur de films, Peter Whitehead, qui prit les clichés dans une ruelle new-yorkaise derrière la Troisième Avenue.

La photo déclencha les passions.

Même parmi les fans, on n’était pas unanimement d’accord. Selon Whitehead, il avait fallu beaucoup de courage aux Stones pour casser leur image de mecs. C’était en effet risqué et tout le monde ne fut pas de l’avis du photographe. Beaucoup trouvèrent cette promo… en vrac : sale… dépravée… spéciale… bizarre… vulgaire… de mauvais goût… un truc de malades. Et nous ne rapportons que ce qui peut être rapporté !

Les Stones, ils s’en foutaient

Ils continuaient à rouler leur bosse, et prolongeaient le gag douteux avec le tournage d’un clip dans lequel chacun porterait un nom de gonzesse : Bill, en fauteuil roulant, serait Penelope… Charlie devient Millicent, une bigote… Brian, c’est Flossie, une blonde platine très sexy… Keith, c’est Molly, respectable épouse de ministre. Et Mick, qui a toujours aimé faire la folle, c’est Sarah, femme de couleur.

La caméra capte les cinq dans leur loge dans une atmosphère complètement hystérique, les mecs, pour la plupart, ayant bien du mal à se transformer : Brian semble se demander comment enfiler cette paire de bas noirs tandis que Keith a bien du mal à garder en place ses faux seins. Tout est bien qui finit bien, et le clip s’achève sur une scène plutôt sympa : « Flossie » alias Brian conduit « Penelope » alias Bill, toujours en fauteuil roulant, au pub le plus proche pour aller boire une bière.

Des années plus tard, Jagger en rit encore :

- "C’est vraiment l’humour des Anglais : il ne faut pas grand-chose pour nous pousser à nous déguiser. Je veux dire… quand on passe un week-end avec des amis et qu’on sent qu’on ne va pas tarder à s’ennuyer, on se déguise en femmes et on va au pub. Ca suffit pour se marrer, on ne se pose pas de question".

Ceux qui pensaient que les Stones étaient devenus complètement fous en furent pour leurs frais.

Rolling Stones : la pochette de disque scandaleuse
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article