La même heure dans toute la France, un rêve réalisé au 19e siècle

Publié le par Daniel LESUEUR

Cela peut sembler totalement surréaliste, mais il y a à peine plus de 100 ans, il n'était pas, au même instant, la même heure à Paris qu'à Marseille !

Nous ne sommes pas dans un film de science-fiction !

Au 19è siècle il y avait un décalage horaire de 52 minutes entre l’est et l’ouest de la France. Les vaches qui regardaient passer les premiers trains avaient bien du mal à savoir à quelle heure déjeuner. Heureusement qu’il y avait le soleil !

La planète en tranches

En 1884, à l’initiative de l’ingénieur écossais Sandford Fleming, le globe terrestre fut découpé en 24 fuseaux horaires. Mais rien n’était encore véritablement réglé : jusqu'en 1891, chaque ville de France conserve sa propre heure calculée par rapport à la position du soleil à un moment précis.

On est encore sous le régime du temps solaire

L’avantage –pour ceux qui sont persuadés que c’en est un- c’est que l’heure solaire est la seule vraie ! Il en résulte un décalage horaire relativement conséquent, de pas loin d’une heure (52 minutes exactement) entre Brest et Strasbourg. Mais au 19è siècle, personne ne songerait à protester contre le fait qu’un Breton et un Alsacien ne prennent pas leur petit déjeuner au même moment. Là où ça se corse (et à propos, quelle heure est-il à Bastia ?) c’est lorsque commencent à circuler les premiers trains. Car finalement, rien n’a changé depuis : un train, on sait toujours quand il part, on ne sait jamais quand il arrive ! Instauration du temps civil

Le problème du temps solaire vint à se poser quand les chemins de fer prirent de l'importance. Fleming proposa alors d’instaurer la découpe virtuelle du globe en 24 parties égales qu’on nommera fuseaux horaires, chacun se trouvant limité par deux méridiens. Chaque fuseau est décalé de 15 ° de latitude.

Le premier fuseau est situé près de Londres, à Greenwich, ville de la banlieue de Londres accueillant l'Observatoire royal. C'est le fuseau original, le fuseau zéro, le méridien de Greenwich.

La même heure dans toute la France, mais pas dans le monde entier

En 1891, sous la pression des différents acteurs du chemin de fer, les autorités instaurent donc le temps civil ou heure légale, c'est-à-dire uniforme sur tout le territoire français. Les horloges n’avaient plus qu’à toutes se mettre au diapason. La question des trains à l’intérieur d’un territoire était donc réglée. Mais bientôt les trains allaient s’enhardir, franchir les frontières.

Et là, rien n’était réglé ; il fallut donc que tous les pays (enfin, tous… c’est un bien grand mot) se mettent d’accord pour accepter un méridien de référence.

Le temps (ou heure) universel

C'est à partir de Greenwich que fut déterminée l'heure dans le monde entier, appelée heure origine ou heure GMT (Greenwitch Mean Time). L'heure GMT est le temps solaire moyen calculé à midi. Un pas en avant, un pas en arrière Hasard du calendrier, c’est peu après l’instauration de l’Heure universelle qu’éclata la Première guerre mondiale et la belle unité battit en brèche :

- Par la loi du 9 mars 1914, la France adhère au système des fuseaux horaires et adopte la division du jour en 24 heures.

- En 1916, en écho à l'effort de guerre, la France instaure une « heure d'été » et avance ainsi de soixante minutes sur l'heure normale de son fuseau.

Toutefois la mesure adoptée en 1916 était provisoire. Le système heure d’été / heure d'hiver dit temps (ou heure) légal, est adopté en 1978 pour des raisons économiques.

La même heure dans toute la France, un rêve réalisé au 19e siècle
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article