Reconfinement et bolognaise

Publié le par Les auteurs libres

Vous ne pouvez plus faire vos petites emplettes chaque jour... Comment y remédier ? Voici ma recette magique, et je la partage (voilà que je parle comme la mère Denis, moi. Inquiétant)...

LE SPAGHETTI BOLOGNAISE (que vous pouvez également écrire "bolognèse", ça chie pas, ça a exactement le même goût). Alors prenez des notes, ma chère Catherine (voilà que je parle comme RAYMOND OLIVER dans Art et Magie de la cuisine à la télé dans les années cinquante. Décidément ma santé mentale commence sérieusement à m'inquiéter).

Vous prenez... deux kilos de spaghetti (sans "s" à la fin de spaghetti car c'est déjà un pluriel, celui de spaghetto. On utilise très rarement le mot spaghetto. Même chez Fauchon on ne le vend pas à la pièce). Faites l'acquisition (comme si vous deviez faire du ciment) du spaghetto à PRISE RAPIDE, celui qu'est tout fin, qui soi-disant cuit en trois minutes.  En effet il est inutile, voire stupide, de prendre le gros spaghetto : vous allez vous faire chier à touiller pendant pendant 5 ou 7 minutes pour, au final, un même résultat qu'avec le spaghetto fin : soit il sera tout mou, soit au contraire il n'aura pas cuit. Et croyez-en mon expérience, quand un spaghetto ne veut pas cuire, il ne veut pas cuire. Il m'est arrivé de touiller un quart d'heure. Juste mal au poignet, mais le truc continuait à craquer sous le dentier. D'aucun prétendent que, pour savoir si un spaghetto est cuit al dente, il suffit de le jeter violemment sur un mur. S'il y reste collé c'est qu'il est cuit. S'il s'écrase par terre comme une merde, il ne l'est pas. Certes, mais moi un jour j'en ai eu marre de balayer des spaghetti (sans "s" à la fin).

Donc vous prenez deux kilos de spaghetti, du gruyère râpé (ou du parmesan si à l'occasion vous avez un ami qui fait le trafic de cartouches de cigarettes avec l'Italie ; dès lors vous pouvez lui demander de vous ramener 100 grammes de parmesan. Par contre faut pas qu'il aille exprès en Italie pour du parmesan : même sous Macron c'est encore un produit en vente libre en France). Adoncques (j'aime bien mettre "adoncques" dans mes textes, ça fait mec cultivé)... Adoncques le fromage... La sauce tomate. très important, ça, la sauce tomate. BUITONI. Et la viande hachée. Il vous en faut un kilo. Vous en trouverez sous barquette... mais peut-être, par un incroyable hasard, vous pourrez la demander à un être humain (si, si, il en reste). Quoi que ça m'écorche un peu le clavier de parler d'"humain" pour un boucher mais, bon, passons. Alors là, ATTENTION : si vous achetez votre bidoche à un boucher et que, sur mes conseils, vous souhaitez en acquérir un kilo, SURTOUT ne demandez pas un kilo, mais HUIT CENTS GRAMMES. Car le boucher, si vous lui demandez 800 grammes, vous en colle un kilo en ajoutant d'un sourire carnassier "ça se mange tout seul".

Voilà. Maintenant faites votre bolognaise (ou "bolognèse"). vous en avez pour UNE DIZAINE DE REPAS soit CINQ JOURS sans sortir de chez vous. Et c'est pas mauvais pour la santé (le bolognèse... et pas sortir aussi). Vous pourrez demander aux nombreuses femmes qui m'entourent : elles continuent de raffoler de mes courbes arrondies et graciles sans que, pour autant (de bolognaise, voire de bolognèse) je sois tombé dans le gras, l'adipeux ou l'obésité. Les femmes préfèrent les dodus et potelés qui les RASSURENT, craignent les secs et nerveux qui les inquiètent. Si vous ne me croyez pas, voyez Hollande et Sarko : l'un, mou et large, tombe une star du cinéma ; l'autre, petit et teigneux, une chanteuse de bastringue).

LE PLUS IMPORTANT : N'oubliez pas chaque soir à 20h de monter au balcon et taper sur des casseroles pour rendre hommage aux ouvrières de chez Buitoni.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article