Comment Télérama traite ses abonnés...

Publié le par Daniel LESUEUR

 L'histoire pourrait sans doute très bien s'appliquer à d'autres revues. Mais j'ai choisi Télérama puisque c'est avec cet hebdomadaire que m'est arrivée l'historiette suivante... et que je n'aurais pas pensé à relater si, en ayant parlé à un ami, il m'a apporté un éclairage différent.

Nul n'étant parfait - ni moi, je le confesse - je suis, depuis au moins trente ans ... - je le confesse aussi - abonné à Télérama. Et le reste. En partie par flemme de remplir un formulaire de désabonnement car la revue ne m'intéresse plus guère depuis quelques années. En partie parce qu'une fois que je l'ai feuilleté je sais que pour les sept jours à venir je n'allumerai très certainement pas la télé. C'est du temps de gagné !

Bref - sans condamner la revue mais plutôt le bordel habituel à la Poste - l'an passé un exemplaire ne m'était pas parvenu. Bon prince je suis aller l'acheter au kiosque. Mais l'événement s'est reproduit quelques semaines plus tard.

Sachant que si le canard n'est pas dans ma boîte à lettres mardi ou mercredi au plus tard, je peux faire une croix dessus, j'ai, dès le mercredi, prévenu par mail le service abonnement en demandant qu'on me le renvoie vite fait pour que je l'aie le samedi : ça leur coûte quand même moins cher à eux qu'à moi. Pas de réponse. Là, ça m'a plutôt énervé.

... à la limite un "Tu nous emmerdes" était plus franc qu'une absence de réponse. Du coup, pas question de le racheter encore une fois, je suis allé le feuilleter gratos chez le libraire. Et comme aucun article ne m'intéressait, je l'ai reposé.

Mais, têtu comme un Fillon, j'ai recontacté par mail le service abonnement. J'en ai profité pour demander s'ils n'avaient pas l'intention de "faire un geste commercial" à mon intention. Que dalle ! Pas de geste commercial. En plus, ils n'avaient soi-disant pas reçu mon premier mail. Comme moi mon Télérama, en quelque sorte. Bon, je suis un cochon de payeur, c'est, pas dit, mais suggéré.

La même histoire est arrivée à un ami. Eh bien lui il s'est vu diminuer le coût de son prélèvement, en dédommagement du ou des numéros reçus. Mais lui il est abonné via ADL PARTNER. Moi pas...

 

Publié dans Société

Commenter cet article