... il y a cinquante ans (JUIN 1967)

Publié le par Daniel LESUEUR

Quels sont les événements d'il y a exactement cinquante ans ?

Chaque semaine nous vous les présentons... Et si vous n'avez pas la patience d'attendre durant 52 semaines nos articles hebdomadaires, vous pouvez d'ores et déjà acheter L'AGENDA POP ROCK 1967 disponible en livre papier et en e-book (cliquer ICI) et que vous pouvez feuilleter à votre guise. Et si vous voulez écouter le meilleur de la musique anglo-saxonne de juin 1967, téléchargez le hit-parade de RADIO VERONICA en cliquant ICI (attention, le lien ne sera valide que 7 jours).

      1er juin… Le Premier festival international de pop a lieu à Paris, au Palais des Sports de la Porte de Versailles. Les Who étaient au programme, mais l’hospitalisation de Keith Moon (officiellement pour l’opération d’une hernie) empêcha le groupe de se produire. A l’affiche, les Cream, The Pretty Things, The Troggs, les Walkers Brothers pas encore complètement séparés (!), Jimmy Cliff, Ronnie Bird, Herbert Léonard et... Baschung dont on découvre le nouveau 45-tours, « T'As Qu'à Dire Yeah ». C'est pratiquement le seul chanteur, à l’époque, qui n'utilise pas son prénom sur ses pochettes de disques. Sur ses trois premiers disques, il utilise encore la véritable orthographe de son nom. Ce n'est qu'à partir du 4e disque qu'il enlève le C qui faisait un peu allemand (et qui rappelait ses origines alsaciennes) pour utiliser uniquement le SH qui fait plus anglais (son premier disque, sorti en novembre 1966, s'intitule « Pourquoi rêvez-vous des États-Unis »). Avant de chanter lui-même, Baschung écrivait pour les autres (Pussycat, Noël Deschamps).

Le Noir américain Brenton Wood a enregistré trois merveilles soul, « The Oogum Boogum Song », « Baby You Got It » et « Gimme Little Sign » qui va marcher très fort à la rentrée.

Tim Buckley vient d'enregistrer son deuxième album, Goodbye and Hello, qui va sortir très rapidement (en août), du moins aux États-Unis.

Les Young Rascals s'apprêtent à commercialiser l'album judicieusement titré Groovin' en regard de leur colossal hit de l’été. Leur prochain tube sera « How can I be sure » (repris par Nicoletta : « Je ne pense qu'à t'aimer »), présent sur l'album, tout comme « A Girl Like You ».

Paul McCartney a publié la bande musicale du film The Family Way. Les morceaux n'ont pas de titre.

Le trio de folk–rock Dino, Desi and Billy ne marche pas très fort, malgré des atouts : dans ce trio figure le fils de Dean Martin et c'est le fait de passer dans son émission de télé, The Dean Martin show, qui leur apporta un début de renommée (le trio préfigure -un peu !- les Monkees). Autour de Dino se trouvent Desi Arnez Jr. et Billy Hinsche, un ami des Beach Boys. Dino, Desi and Billy enregistreront un album intitulé Memories Are Made Of This, clin d'œil au tube de Dean Martin.

En 1962 cinq jeunes Anglais enregistrent, dans l'indifférence la plus totale, trois 45-tours sous le nom des Spectres. Ils trouvent ensuite un nom beaucoup plus commercial : Traffic Jam… mais deviennent Status Quo en 1967 car un autre groupe anglais qui, lui, marche très fort, a décidé de s’appeler Traffic.

Stevie Winwood fonde en effet Traffic avec Jim Capaldi, Chris Wood et Dave Mason. Leur premier disque, « Paper Sun », est une merveille. D’une durée exceptionnellement longue de 4’14’’ (ce qui n’est tout de même pas exagéré) il est honteusement vendu en France comme un super 45-tours. Le suivant, « Hole In My Shoe » est l'un des premiers singles britanniques publiés en stéréo. L'on y entend une petite voix s'exprimer une poignée de secondes ; il s'agit de celle de Francine Heimann, alors âgée de six ans, et belle-fille de Chris Blackwell, Pdg du label Island pour lequel a signé Traffic. Dans la foulée, le groupe publie le single « Here We Go Round The Mulberry Bush » et figure sur la BO du film portant le même titre, côtoyant le Spencer Davis Group qui végète depuis le départ de Stevie, ce qui est bien injuste car leur nouveau 45-tours « Time Seller » est remarquable, comme le seront les suivants, « Mister Second Class » (quasiment le dernier disque de l'année : le démo est daté du 29 décembre) et « After Tea » en mars 1968.

Cette année, le groupe américain Tommy James & the Shondells publie deux albums, I Think We're Alone Now et Getting Together. Multimillionnaire du disque dans son pays, malgré son énorme succès de 1966 (« Hanky Panky »), le groupe n'a pas fait énorme impression en Europe... sauf l'année prochaine (1968), lorsque « Mony Mony » (que n'auraient pas désavoué Mitch Ryder and the Detroit Wheels) s'installera à la première place des classements britanniques.

David and Jonathan (Roger Greenaway et Roger Cook), publient leur version d'un extrait de Sgt. Peppers... (« She's leaving Home »).

les Young Idea (Tony Cox et Douglas MacRay-Brown) viennent eux aussi de sortir leur cover d'un titre de Sergeant Pepper's..., un « With A Little Help Of My Friends » pas très convaincant. La face B, « Colours Of Darkness », est nettement meilleure.

Les Hollies en grande forme grimpent dans les charts avec « Carrie Ann »... dont le titre aurait pu être « Marie Anne » car elle est dédiée à Marianne Faithfull, dont Graham Nash était amoureux et à qui il reproche sa frivolité. À l'automne le groupe publiera l'album Butterfly et le 45-tours « King Midas in reverse » dont l'échec intensifie les tensions au sein du groupe : Tony Hicks et Allan Clarke voudraient publier des chansons plus commerciales, donc moins sophistiquées, refusant d'enregistrer « Marrakesh Express » de Graham Nash. Courroucé, ce dernier quittera le groupe en août de l'année suivante pour fonder un célèbre trio avec les Américains Stephen Stills et David Crosby. En attendant, l'album Evolution des Hollies sort le même jour que Sgt. Pepper's des Beatles, le 1er juin.

David Bowie étudia à la fois les arts graphiques, le bouddhisme et le mime, ayant pour professeur le célèbre Marcel Marceau, avant d'essayer dès 1964 de se faire connaître sous son propre nom en montant son premier groupe, David Jones And The Lower Third. Un peu long à mémoriser ! La formation devient rapidement The Buzz (Le Bourdonnement), puis The Kon-Rads, The Manish Boys et enfin The Kingbees au sein desquels il se fait appeler Dave Jay ou Davie Jones. On le voit également brièvement dans le groupe The Riot Squad. Hélas le succès n'était pas au rendez-vous. Autre source de tracas : il existe déjà deux autres chanteurs du nom de Davy Jones, l'un, chanteur noir de rhythm'n'blues, l'autre, vedette du groupe américain The Monkees. Il s'appellera désormais Bowie, comme la marque de couteaux. Son premier album sort le 1er juin (et oui, comme ceux des Beatles et des Hollies).

 

 

 

 

Publié dans musique, COLLECTIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article