Jean-Jacques BOURDIN a bien raison : la publicité est devenue HAïSSABLE

Publié le par Daniel LESUEUR

"Exaspéré" par la publicité, Bourdin menace de quitter RMC à la rentrée

"Peut-être que je ne reviendrai pas à la rentrée parce que je commence à en avoir ras-le-bol."

(cliquer ICI pour voir le clip).

Avant la libération des ondes télé et radio, la publicité, c'était chiant. Mais SIMPLEMENT chiant. Comme le type au bistrot, à côté de vous, qui ne vous connaît pas mais qui veut vous donner son avis. C'était simple, on n'écoutait pas et on buvait son café vite-fait.

Bon, ça, c'était AVANT : une petite publicité (UNE, j'insiste bien) de temps en temps, ça passait. C'était du temps où il fallait gagner un peu d'argent pour faire de la radio ou de la télé. Mais aujourd'hui, c'est l'inverse : on fait de la radio ou de la télé pour gagner de l'argent. Notez la nuance... si grave qu'aujourd'hui, dans les radios locales qu'on appela jadis "radios libres" (permettez-moi de m'esclaffer !) vous trouverez un directeur commercial, un ou plusieurs agents commerciaux... mais en ce qui concerne le contenu (directeur des programmes, animateurs), vous ne trouverez que des gros poussah adipeux et incompétents. D'ailleurs, pourquoi même parler d'incompétence puisqu'aujourd'hui la qualité des programmes ne présente plus AUCUN intérêt pour les responsables qui n'ont qu'un objet à l'horizon : la publicité.

Pourquoi la publicité est-elle devenue HAïSSABLE ?

Parce qu'elle est tout simplement ignoble, à vomir : ce n'est plus UNE publicité, mais UNE BROCHETTE de publicités. C'est d'ailleurs très con de la part des annonceurs comme des publicitaires puisque, justement, sachant qu'on va avoir un interminable tunnel de merde, on va faire autre chose (pisser, boire une bière... voire les deux en même temps pour ceux qui suivent le foot).

"Dans les pubs" écrit Télérama n°3473, "tout interstice dépourvu d'intensité est traqué au Variaspeed, un outil qui accélère le débit de la parole jusqu’à l’improbable - le temps radiophonique, c’est de l’argent".

Dépourvu d'intensité... C'est l'équivalent de la "petite ligne" dans un contrat sur papier : le petit truc que, surtout, il ne faut pas voir... et donc, à la radio, qu'il ne faut pas attendre car ça gâche et ça cache ; ça gâche le plaisir d'une offre en apparence alléchante, et ça cache une arnaque ou au moins des restrictions. Bref, vous percevez vaguement la voix d'une pétasse qui dit hyper, hyper vite : "Sous réserve d'acceptation du dossier par votre banque" ou autre truc du même tabac.

... à bas la pub ! 

Faites comme moi : boycottez les médias ! Les pire "faux culs" sont, dans l'ordre, FR 3 (sur FR3 télé, quand y a marqué "TOUT DE SUITE" vous savez que le programme en question n'est pas près d'arriver... "tout de suite") et RADIO CLASSIQUE : ils vous disent "NOUS MARQUONS UNE PAUSE" au lieu de "ON VA VOUS FAIRE CHIER QUATRE MINUTES AVEC DES PUB' DONT VOUS N'AVEZ RIEN A FOUTRE".

Boycottez les médias, faites-vous mêmes vos programmes, écoutez des disques ou regardez des films... choisis par vous-même !

Commenter cet article

Josiane Baud 14/06/2017 11:09

Bravo, tout à fait d'accord: je partage sur FB!

Daniel LESUEUR 26/01/2017 13:17

la matin je mets quelques instants RADIO CLASSIQUE pour avoir les infos et surtout le journal des médias. Ensuite il y a le journal de l'économie et l'invité du matin. il y a tellement de pub après le journal des médias que désormais je COUPE juste après . Tant pis pour le journal de l'économie et l'invité du matin... et tant pis pour la radio qui perd un auditeur.

Jerry OX 26/01/2017 12:03

Vous avez parfaitement raison sur le fond et la forme ! Même si je travaille dans les médias (la radio justement ..) je ne peux qu'approuver vos dires et les regretter . Il est vrai que nous imposons aux auditeurs d' interminables tunnels de merde sonore et fort peu de chansons de bonne qualité au final ...Les radios locales ont encore le choix de faire à peu près ce qu'elle veulent sans ce diktat mais , l'argent vient à manquer ! Bon billet et bon blog ! Je parcours !