HEDY LAMARR : On lui doit le premier orgasme sur pellicule

Publié le par Daniel LESUEUR

Surnommée la plus belle femme du monde par Louis B. Mayer, Hedwig Eva Maria Kiesler est née en Autriche, à Vienne, en 1914 dans une famille de la haute bourgeoisie. Elle commence à tourner très jeune (16, 17 ans) au début du parlant dans des films autrichiens puis s’installe à Berlin. Son cinquième film, dont les extérieurs sont tournés en Tchécoslovaquie et les scènes restantes en Autriche, lui apporte la renommée : « Extase » (« Ecstasy ») créa un scandale… mais quel choc ! La voir sortir nue de la rivière (cliquer ICI) eut, en son temps, autant sinon plus d’impact que voir sortir Ursula Andress de la mer en bikini dans « James Bond contre docteur No » (1962).

Le film fit des gorges chaudes : présenté à Prague en janvier 1933, il ne sortit en Allemagne qu’en 1935 et aux États-Unis en 1940.

La nudité n’était pas la seule surprise que réservait le film dans lequel elle apparaît encore au générique sous son véritable patronyme.

Une scène d’orgasme a particulièrement choqué

« Extase » n’entrait pas dans la catégorie des films à caractère pornographique (la caméra s’était contentée de filmer le visage de l’actrice).

Son premier mari, Fritz Mandl, un multimilliardaire qui a bâti sa fortune sur la vente d’armes, fera des pieds et des mains pour en interdire la diffusion. Impossible ! Il tentera, en vain, de racheter toutes les copies en circulation. C’est un enfer pour la jeune femme qui vit cloîtrée, enfermée dans leur somptueuse demeure (elle ne tourna pas une seule fois entre 1933 et 1938).

Bien que Juif, le mari d'Hedy entretenait des relations commerciales juteuses avec les nazis et les fascistes.

Dans son château, il recevait Mussolini et Hitler, malgré tout le mal que le régime national-socialiste pensait du film « Extase ».

Très tôt, Hedy eut ainsi connaissance de l’avancée des envahisseurs barbares en matière de technologie militaire… des connaissances qu’elle mettra plus tard en pratique au profit de l’Amérique. De confession juive elle aussi, Hedy prit rapidement conscience que le sol allemand commençait à lui brûler la plante des pieds. Et puis, de toute façon, sa vie de couple était intenable. Elle drogua la domestique chargée de la surveiller et lui piqua son uniforme non sans avoir auparavant rassemblé et empaqueté tous ses bijoux. Elle fila se réfugier en France (à suivre en cliquant ICI).

Publié dans CINEMA

Commenter cet article