Rencontre avec C. Jérôme (1999)

Publié le par Daniel LESUEUR

Rencontre avec C. Jérôme (1999)

... à partir de 1972, Claude Dhôtel, alias C. Jérôme, vit ses disques sortir sous des pseudonymes différents selon les pays.

Rappelons que ce sobriquet, "C." (c'est pas un prénom, C !) est dû à l'imagination de son agent Jean Albertini, déjà responsable de la carrière de Christophe. Lors de leur première rencontre, en 1966, Albertini suggère d'occulter Dhôtel au profit de Jérôme.

"Pourrait-on en revanche conserver Claude pour prénom ?", demande le chanteur. Impossible, car il y a déjà un Claude, un grand, seul et unique, dans le showbiz français, c'est Clo-Clo.

Claude Jérôme, deux prénoms accolés, ressemblerait trop à Claude François.

"Va pour "C", c'est original, rigolo et mystérieux", accepte l'artiste. Mais au moment du succès de "Kiss me", dans de nombreuses capitales, l'on ne dispose pour toute référence que du 45 T en édition française. Les Allemands sont les premiers à réagir :

"Ach, zes betits Franzais, ils ont oublié de marquer le brénom du janteur...".

Et de rectifier à la va-vite la pochette de disque qui, outre-Rhin, portera le nom " Charles Jérôme ".

Une fois le disque en place chez les détaillants, plus moyen de faire machine arrière. Et Claude de devenir là-bas, à tout jamais, Charles Jérôme.

En Espagne, il est officiellement baptisé Jéronimo. Et au moyen-Orient, Claude Jérôme.

Lors d'une rencontre en 1999, C. Jérôme nous raconta l'histoire d'un come back...

Et tu danses avec lui (1985)

Depuis quelques années, la grande star des seventies ne faisait plus recette. Ses disques avaient déserté le hit-parade. Son dernier tube: "Julie à la folie" (1982).

Depuis... ce n'est vraiment plus la folie, pour C. Jérôme. Comment retrouver la voie royale ? L'interprète avait-il épuisé son potentiel artistique ? Déprimé mais pas encore au bout du rouleau, il décide d'inspecter ses fonds de tiroirs, ses caisses pleines de vieilles bandes magnétiques. En effet, si aujourd'hui on ne lui propose plus de chansons "canon", peut-être, par le passé, a t-il négligé un ou deux titres dignes d'intérêt ?

Il tombe en arrêt devant un dossier jauni, "textes chansons". Des textes datant, pour certains, de dix ans auparavant. A un moment, Claude tombe sur " Et tu danses avec lui" signé Didier Barbelivien.

"Qu'est-ce que c'est que ce truc-là que j'avais totalement oublié" ? se demande Claude, c'est pas mal du tout.

- "J'avais un magnéto sous la main, j'ai branché l'écho, le micro. Je réalise que je me souviens, par miracle, de sa mélodie, qu'elle est valable, mais qu'il faut que j'y apporte quelques modifications... La chanson, sous sa forme définitive, se construit en une soirée. Une fois le morceau enregistré, je réécoute le résultat, avec seulement la guitare et la voix. J'ai beau fouiller dans ma mémoire, pas moyen de me rappeler dans quelles conditions, à quelle occasion Didier me l'avait soumise. Normal : ça faisait déjà huit ans (le texte portait la date de 1977). Huit ans dans un tiroir ! J'appelle Didier, qui lui aussi l'avait totalement oublié. Et le lendemain, je propose la maquette à Jean Albertini qui, immédiatement, renifle le tube potentiel.

"Il faut immédiatement entrer en studio et l'enregistrer, décrète-t-il. C'était tout de même un miracle que j'aie pu me souvenir de la mélodie, huit ans plus tard".

Le disque sort en juin 1985 et devient l'un des tubes de l'été. Il s'en vendra un million deux cent mille exemplaires. Après un long passage à vide, C. Jérôme était remis sur les rails.

Publié dans musique, PEOPLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Josiane Baud 23/03/2016 11:39

Bravo de sortir des oubliettes ce qui a été à l'origine des mélodies romantiques et sensées qui nous ont fait danser pendant des années, ça fait du bien, ça relaxe, et aujourd'hui on en a bien besoin!