Qui étaient Ramases And Selket ?

Publié le par Daniel LESUEUR

Qui étaient Ramases And Selket ?

En 1968 on aurait pu découvrir le duo Ramases And Selket grâce à l'excellent 45 tours paru sur CBS, « Crazy One » (cliquer ICI). Une obscure rareté estimée aujourd'hui à plus de 100€.

Le disque n'ayant pas marché, il est réenregistré de façon presque identique mais encore plus dingue en changeant juste le titre, « Crazy One » devenant « Quasar One » (cliquer ICI). Ça ressemble à du rock psyché égyptien... et c'est pas mal du tout.

Ramases et Selket, mari et femme, sont habillés en pharaons sur les photos de presse mais la réalité est beaucoup plus terre à terre : Ramases (Ramsès) est un chauffagiste de Sheffield nommé Barrington Frost qui est parvenu à rencontrer le chanteur Dave Berry qui l'a aidé à sortir le premier disque du duo.

Deux ans plus tard mais cette fois sur le label Major Minor, désormais appelé Ram and Sel, le duo publie « Screw You » (« Je vais te baiser ») (cliquer ICI) qui ressemble beaucoup à ce que fera Joan Jett ultérieurement. Le disque, on s'en doute, sera interdit de diffusion à la radio.

Avant dernier essai : Space Hymn, un album en 1971 sur le label Vertigo avec la présence de Ten CC au grand complet : Graham Gouldman, Lol Creme, Eric Stewart et Kevin Godley (cliquer ICI) ; la pochette, dessinée par Roger Dean, sera l'une des plus coûteuses de l'époque.

Dans ce même registre cosmique, quatre ans plus tard (1975), Ramases sortira un bien bel album, Glass Top Coffin (cliquer ICI et, pour un titre particulièrement intéressant,ICI) même si l'artiste n'était pas content du tout qu'on y ait rajouté des violons sans son accord : il y avait même un titre qui aurait pu marcher au hit-parade (cliquer ICI).

Un ultime album ne dépassera pas le stade de la maquette : Rameses se suicide le 2 décembre 1976 avant d'en finaliser l'enregistrement. Il faudra attendre 2014 pour qu'un fan, l'acteur suédois Peter Stormare rassemble l'intégralité de l'œuvre de Rameses dans un coffret de 6 CD.

Publié dans musique

Commenter cet article