Houston Wells & The Marksmen (1962 - 1968)

Publié le par Daniel LESUEUR

Houston Wells & The Marksmen (1962 - 1968)

De son vrai nom Andrew Smith, « Houston », un jeune Anglais, a quitté l'école à 14 ans pour devenir bûcheron. Après un moment passé dans la marine marchande, il est allé là où il y a le plus d'arbres à couper : le Canada.

De retour en Angleterre, il devient chanteur et leader d'un groupe, Andy Smith and The Coasters... ignorant qu'il existe déjà des Coasters aux États-Unis ! Alors le groupe devient les Marksmen... et leur maison de disque considérant que Smith est vraiment trop commun, le rebaptise Houston Wells.

Ils sont pris en main par le célèbre producteur Joe Meek. La réussite leur sourit assez rapidement. « Only The Heartaches » (Parlophone R 5031), leur troisième single, est au Top 30 britannique et au Top 10 irlandais durant l’été 1963. Bien que semblant typiquement américain, on ne peut pas faire plus londonien... et c'est une merveille ! (cliquer ICI pour l'écouter)

Le succès amène la zizanie

Les Marksmen ont le sentiment d'être totalement exploités par le chanteur qu'ils accompagnent et... le jettent. Du moins le croient-ils : au terme d'une tournée en Irlande, ils lui avaient confisqué et déchiré son billet de retour ! Mais ce sont eux qui se font avoir (seul Peter Willsher tirera son épingle du jeu, devenant l'un des joueurs de steel guitar les plus recherchés en studio d'enregistrement) : Houston West se fera accompagner par un fameux groupe, The Outlaws (groupe fétiche de Joe Meek dans lequel passera Ritchie Blackmore), dont les membres ne sont pas le moins du monde gênés de s'appeler The Marksmen sur la rondelle d'un 45-tours, pourvu qu'ils soient bien payés ! C'est ainsi que Houston Wells continuera d'avoir énormément de succès en Irlande jusqu'en 1966, notamment n°6 avec "Above And Beyond". Il publiera également une version de "Hello Mary Lou".

28 titres au compteur...

De 1962 à 1964, Houston Wells a enregistré 28 chansons dispersées sur un album et six 45-tours. Mais elles n'ont pas été rééditées officiellement en raison de l'imbroglio qui règne autour de l'héritage de Joe Meek.

Publié dans musique

Commenter cet article