Suzi Quatro

Publié le par Daniel LESUEUR

Suzi Quatro

Le livre GIRL'S POWER évoque la carrière de centaines de chanteuses du rock, connue ou non (cliquer ICI).

« Sans elle, pas de Joan Jett et probablement pas de Chrissie Hynde non plus », écrit Hugo Cassavetti dans Télérama.

Susan Kay Quatrocchio est née à Detroit en 1950. Comme son nom l’indique, son père était italien (et sa mère hongroise).

Suzi est la tante de l’actrice Sherilyn Fenn qu’on a pu voir dans la série télévisée Twin Peaks et, au cinéma, dans le rôle titre du film Liz: The Elizabeth Taylor story. Une famille d’artistes puisque Suzi, son frère Michael et sa soeur Patti feront carrière dans le disque.

Suzi Quatro est la première bassiste vraiment célèbre

Son premier groupe, les Pleasure Seekers, était strictement féminin mais ne rencontra pas grand succès. Ce qui n’empêcha pas le producteur anglais Mickie Most de s’y intéresser.

Suzi atterrit à Londres en 1971. Son premier 45-tours, « Rolling stone » (1972) reçoit un accueil glacial… sauf, curieusement, au Portugal où il est n°1. Un résultat quand même positif, donc. Essai plus que confirmé avec le deuxième, « Can the can » (1973) qui, lui, s’installe au sommet du hit-parade anglais et se vend à merveille dans de nombreux autres pays dont l’Allemagne et l’Australie où elle est une star.

Le look de Quatro est très nouveau ; bien que très féminine, elle accapare les attributs masculins du rock, à savoir la guitare basse et le costume de cuir à la Gene Vincent. Et elle fait de la moto ! Suivront deux autres hits massifs : « 48 Crash » (1973) et « Devil gate drive » (1974). Les disques suivants ne recueilleront pas autant de succès. Ce n’est pas pour autant qu’elle tomba dans l’anonymat, devenant actrice dans de nombreux téléfilms ou séries (elle apparaît notamment dans sept épisodes de Happy Days).

Publié dans musique

Commenter cet article