Jefferson Airplane doublement en deuil

Publié le par Daniel LESUEUR

Jefferson Airplane doublement en deuil

Si la disparition de Paul KANTNER n'est pas passée inaperçue, celle de la première chanteuse du groupe, décédée le même jour, a été beaucoup moins signalée. Pourtant Signe Toly Anderson (15 septembre 1941 – 28 janvier 2016) faisait partie du noyau fondateur historique, et lorsque Grace Slick quitta le groupe des années plus tard, c'est à elle qu'on pensa, pour reprendre sa place...

Jefferson Airplane Takes off

Contrairement à l’idée répandue, Grace Barnett Wing dite Grace Slick (née en 1939) n’est pas la première chanteuse de Jefferson Airplane. Elle fut précédée par Signe Toly Anderson, présente sur le premier album, « Jefferson Airplane Takes off » (1966). Signe Toly Anderson quitta OFFICIELLEMENT l'Airplane en juillet 1966 pour incompatibilité avec sa vie de famille (elle venait d'avoir un bébé) mais Bill Graham lui demanda de rester au moins jusqu'au mois d'octobre afin d'assurer les concerts au Winterland de San Francisco. Signe Anderson partit ensuite dans l'Oregon pour se joindre à une grosse formation de dix membres, Carl Smith and the Natural Gas Company. On la verra également brièvement dans les groupes KBC Band et... Jefferson Starship. Dans les années 90 elle connut de graves problèmes de santé dont elle sortit ruinée par le coût des traitements.

Grace Slick, elle, après avoir été brièvement mannequin, chantait alors dans le groupe de son mari cinéaste et batteur Jerry Slick, The Great Society. Tout baba cool qu’ils soient, les mecs de l’Airplane durent racheter 750 $ le contrat qui liait Grace au groupe de son mari pour qu’elle ait le droit de le quitter (le groupe, pas encore le mari) ! Elle "décrocha" la place après que la chanteuse Sherry Snow l'ait refusée.

C’est indiscutablement, au moins en partie, grâce au charisme et au charme de l’érotisme glacé de Grace que l’Airplane fut, au même titre que Grateful Dead, le plus populaire groupe de la west coast.

La participation de l’Airplane aux trois plus grands festivals des années soixante (Monterey, Woodstock et Altamont) consolida leur impact. Ils eurent même des succès au hit-parade (« Somebody to love », « White Rabbit », « Volunteers »), un fait relativement rare pour ces groupes dont la musique était destinée à être écoutée en album.

Durant les premières années d’existence de l’Airplane, plusieurs membres le quittèrent, ayant du mal à supporter l’état de défonce permanente du « noyau dur » du groupe. Matthew Katz, premier manager de l’Airplane, ne les quitta pas sans avoir trouvé au préalable un groupe de substitution. Ce fut It’s A Beautiful Day aux deux chanteuses, Patti Santos et Linda LaFlamme. On peut encore aujourd’hui récouter sans honte leurs premiers albums, et notamment les titres « White Bird », "Hot Summer Day" et « Bombay Calling ».

En 1970, Grace se mit en ménage avec Paul Kantner, guitariste co-fondateur de l’Airplane. De leur union naquit début 1971 China Wing Kantner… Une naissance qui fit jaser : Grace avait dans l’idée d’appeler sa fille god… god sans majuscule par souci d’humilité.

En 1973 l’Airplane se sépara, mais aucun membre ne prit sa retraite. Marty Balin continua avec le groupe Hot tuna, Kantner et Slick lancèrent le Jefferson Starship… mais Grace, devenue alcoolique, était devenue incontrôlable. Elle quitta le Starship. L’affaire tourna à l’aigre lorsque Kantner, par voie de justice, lui interdit d’utiliser le nom Jefferson Starship qu’il considérait lui appartenir, à lui. Pas folle, Grace raccourcit le nom en « Starship » tout simplement et obtint fin 1985 un monumental succès avec « We built this city ».

Grace publia en outre plusieurs albums solo peu convaincants et se joint en 1989 à une reformation de Jefferson Airplane avant d’annoncer qu’elle se retirait du monde de la musique : « Tous ces artistes qui continuent à faire du rock à 50 ans sont ridicules et pathétiques », décréta-t-elle le jour de ses 48 ans.

Sans Grace Slick, le groupe se cherchait une chanteuse charismatique, d’abord en la personne de Signe Toly Anderson, puis avec Diana Mangano.

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article