Noir Désir était-il le digne héritier des Doors ?

Publié le par Les auteurs libres

Noir Désir était-il le digne héritier des Doors ?

La parution d'un passionnant ouvrage sur Bertrand Cantat (cliquer ICI) nous donne l'occasion de comparer des parcours pas si éloignés l'un de l'autre...

Deux groupes décapités...

Bertrand Cantat en prison en Lituanie, Jim Morrison en exil à Paris. Les démêlés de leurs leaders respectifs avec la Justice plombaient l'avenir des deux formations

A part leurs fans purs et durs, qui était capable en 1970 de citer le nom des quatre membres des Doors ? Et il y a peu, de ceux de Noir Désir ? C'est que la renommée des deux groupes reposait sur la personnalité charismatique -et peut-être étouffante pour leurs accompagnateurs- de leur leader.

Jim Morrison, Bertrand Cantat, poètes avant tout

Ils ont tous deux la passion de l'écriture. Cantat écrit les paroles des chansons du groupe, gardant pour la scène ses envies de reprendre les grands titres des années soixante. Morrison, lui, décide, durant l'enregistrement de la chanson Riders on the storm, de quitter le groupe et de s'exiler à Paris pour écrire, non plus des textes de chansons, mais de véritables livres. Il se sent frustré : au début des Doors, Jim n'en était pas le chanteur ; au fil des mois, il transforma ses quelques grognements en un véritable tour de chant, mais il précisait :

«Je ne chante pas, je gueule ».

Cantat gueule tout autant, au point d'être obligé de se faire opérer par deux fois des cordes vocales.

Morrison le rocker était adulé, le poète restait incompris

Lorsque Celebration Of The Lizard, le grand poème rock épique qu'il avait conçu pour remplir toute une face d'album (24 minutes) fut supprimé sans son accord du 33 tours où il devait figurer, Jim envisagea de réciter de courts poèmes entre les chansons. Refusé ! Le 8 décembre 1970, jour de son anniversaire, Jim se rendit seul en studio et enregistra des poèmes... que sa maison de disques aurait refusés ! (ce n'est qu'en 1978 qu'ils seront mis en musique en vue de la parution de l'album posthume An American Prayer). Bref, les relations entre l'artiste et son label étaient exécrables. Celles de Noir Désir avec Universal-Vivendi sont également houleuses : Cantat s'en prend au Pdg Jean-Marie Messier, expliquant que, certes, ils vivent sur la même planète, mais qu'ils ne vivent pas dans le même monde.

Leur attitude vis-à-vis du public

Le caractère foncièrement teigneux de Morrison le conduisit à mépriser son public, à fréquemment chanter en lui tournant le dos. Cantat n'en fait pas autant... mais n'est-il pas aussi méprisant de déclarer que les gens qui, en masse, avaient acheté Aux sombres héros de la mer, n'avaient rien compris au message qu'il avait voulu faire passer ?

Cantat pensait-il être la réincarnation de Morrison ?

Comme son idole, il portait à ses débuts des pantalons de cuir noir et des colliers indiens... Et bien sûr, sur scène, il adoptait une attitude similaire, notamment lorsqu'il chantait My wild love... des Doors, justement.

La violence

Cantat et Morrison sont deux êtres violents, mais ne l'exprimèrent pas de la même manière. Morrison dans ses textes (dans The End : "Father, I want to kill you... Mother, I want to...") et la tournait contre lui (en permanence ivre mort, il a consacré les trois dernières années de sa vie à s'autodétruire). Cantat, lui, a, par sa violence, entraîné la mort de Marie Trintignant.

Face à la Justice

A la suite d'une prétendue exhibition de Morrison en public (concert de Miami début 1969), un raz-de-marée s'éleva contre le groupe. Les engagements se faisaient rares. Le moindre chahut dans un avion, le moindre concert chaotique se terminait, pour Jim, les menottes aux poignets. Morrison risquait d'être emprisonné pour 13 ans. Quand on n'en a que 26, c'est effrayant ! En exil à Paris, il mourut avant que l'on sache s'il serait retourné aux Etats-Unis pour purger sa peine ou s'il serait resté dans la Ville Lumière. Cantat, lui, a purgé sa peine dans les geôles de Vilnius. Après l'orage...

Après l'arrestation de leur chanteur, les Noir Désir n'ont plus publié de disque. Mais est-ce bien différent pour le groupe américain qui, après le décès de Morrison, a continué à sortir des 33 tours qui n'intéressaient plus personne. Pire, ils publièrent même un 45 tours de variété, The Mosquito. Si minable qu'il fut repris par Joe Dassin, c'est tout dire...

Noir Désir sans Cantat, les Doors sans Morrison, ce fut du pareil au même. Noir Désir se sépara officiellement le 30 novembre 2010...

Commenter cet article

RAYBAUD 23/01/2016 11:55

perso , non , bertrand cantat n'est pas le "digne" héritier de doors,Il est largement SUPERIEUR A JIm morrisson ; ce dernier, en effet, (attention j'aime bien leur musique) fait quand meme un peu illusion quant a son génie, dans sa facon d'etre, sa beauté (pas si belle que ca d'ailleurs) son importance dans le groupe, son comportement surscène qui relève plus parfois du spectacle presque étudié pour ; bertrand quant a lui est encore la, il assume sa vie, ses erreurs, en musique il assure aussi, il est largement meilleur d'un point de vue musical et créatif en tant que poete, voila mon point de vue