Michael Jackson : des diamants fabriqués à partir de ses cheveux

Publié le par Daniel LESUEUR

Michael Jackson : des diamants fabriqués à partir de ses cheveux

Le 24 janvier 1984, le chanteur fut gravement blessé durant le tournage d’un clip pour Pepsi Cola, une bombe au magnésium mal réglée lui explosant au visage. Sa chevelure s’enflamma… quelqu’un songea à ramasser les touffes brûlées.

Sauvé in extremis…

La vidéo a longtemps circulé sur internet ; elle est aujourd’hui interdite. On pouvait y voir Ralph Cohen, le producteur, être le premier à sauver l’idole en jetant sa veste sur la tête de Michael dont les cheveux étaient en flammes.

Tandis qu’on conduisait la vedette en urgence à l’hôpital, Cohen ramassa soigneusement les mèches brûlées ou roussies et les mit dans sa poche… où elles restèrent près d’un quart de siècle !

Un collectionneur de cheveux et de poils

Ne riez pas car le collectionneur en question, John Reznikoff, est un monsieur très sérieux. Il est le président de University Archives, un organisme américain qui collecte depuis de nombreuses années des… archives, comme son nom l’indique. Mais pas n’importe quelles archives : des lettres signées, des autographes, des Traités… tout ce qui a rapport à l’Histoire du monde… pour peu que John Reznikoff puisse les payer :

- une lettre de Charles lindbergh, 48 000 $...

- un document signé par Churchill, Montgomery et Eisenhower quelques jours après la fin de la Seconde guerre mondiale, 28 000 $...

- un courrier de Bruce Lee, 9 000 $.

Mais ce qui différencie John Reznikoff des autres collectionneurs de documents rares, c’est qu’il s’est spécialisé dans le collection du système pileux de célébrités.

John Reznikoff, collectionneur fou ?

On pourrait le penser, mais c’est loin d’être le cas : John Reznikoff utilise poil et cheveux pour retrouver l’ADN des personnalités célèbres. Et selon le Washington Post, c’est même lui qui a la plus belle collection au monde. On veut bien le croire !

Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’il s’intéressât aux cheveux de Michael Jackson

Cohen, lorsqu’il entendit parler de ce collectionneur unique en son genre et, apparemment, sans limite de budget, contacta Reznikoff afin de savoir si ses cheveux brûlés de MJ pourraient l’intéresser. « Oh que oui ! » répondit Reznikoff qui s’en porta acquéreur pour la somme de 100 000 $. L’histoire des cheveux de MJ n’était pas finie !

Lorsqu’on est collectionneur, on en veut toujours plus. Et pour en avoir « toujours plus », il faut de l’argent.

John Reznikoff prit donc la décision de revendre une partie des mèches de MJ à LifeGem, un joaillier de Chicago mondialement réputé.

Exit Reznikoff !

En 2009, un joaillier envisagea de fabriquer 10 diamants avec des cheveux de Michael Jackson

Grâce à diverses manipulations chimiques dont LifeGem a le secret, les mèches brûlées devaient être transformées et donner naissance à dix diamants synthétiques.

Pourquoi dix et pas douze ou huit ?

Comment le joaillier pouvait-il savoir à l’avance le résultat d’une expérience unique en son genre ?

Unique en son genre ? Non !

L’expérience avait déjà été tentée quelques années auparavant - brillamment, d’ailleurs - avec une mèche de cheveux de Ludwig von Beethoven ; les diamants confectionnés à partir des cheveux de Beethoven furent vendus 240 000 $ pièce.

L'expérience sur ceux de Michael Jackson a-t-elle réussi ? Curieusement, depuis 2009, aucune information n'a filtré.

Publié dans PEOPLE, COLLECTIONS

Commenter cet article