Hazel O'Connor et Sinéad O'Connor

Publié le par Daniel LESUEUR

Hazel O'Connor et Sinéad O'Connor

Hazel O'Connor, actrice et chanteuse anglaise née en 1955, quitte le domicile familial à l’âge de 16 ans pour faire vendeuse de vêtements à Amsterdam et les vendanges en France, s’envole pour le Japon avec une troupe de danseurs de rue, fait un crochet par Beyrouth, sillonne l’Afrique noire, le Sahara, file divertir les soldats américains stationnés en Allemagne en chantant dans un trio vocal qu’elle qualifie elle-même de pitoyable.

De retour au pays, elle décroche son premier rôle au cinéma à l’âge de vingt ans dans « Girls come first » mais devient véritablement une vedette confirmée en pleine vague punk, en 1980, grâce au film « Breaking Glass » duquel sont extraits les tubes “Eighth Day” et « Will you”.

Compositrice de talent, elle signe tous ses tubes (« (Cover plus) We're all grown up », une merveille !). Elle partage son temps entre sa terre natale et notre pays… où l’on ne s’intéresse plus guère à ses publications, pourtant régulières : une vingtaine d’albums entre 1980 et 2010. Pour en savoir plus sur Hazel, cliquer ICI.

Sinéad O'Connor, sans lien de parenté avec l’artiste précédente, est née en Irlande en 1966. Elle s’est retrouvée n°1 du hit-parade de nombreux pays en 1990 avec sa reprise d’un titre écrit et composé par Prince, « Nothing compares 2 U ». Sûr qu’on n’achetait pas ses disques pour la pochette : son image était plutôt… détonante : le crâne rasé (elle raconte qu’elle l’a fait car, avant, on la confondait avec Enya), la moue hargneuse, pas féminine pour un sou dans des vêtements informes (« Je suis trois quarts hétéro, un quart lesbienne » avouera-t-elle).

Mais elle souhaitait choquer plus encore… et y parvint : fin 1992, en direct dans la célèbre émission Saturday Night Live, tout en interprétant une chanson de Bob Marley, au moment où elle prononçait le mot « evil », elle sortit de sa poche une photo du pape Jean-Paul II et la déchira en petits bouts devant la caméra en scandant « Fight the real eneny ». Quel coup de pub’ ! Sa consoeur Madonna, morte de jalousie de n’y avoir pas pensé elle-même, se vengea en déclenchant une polémique : « Je pense qu’il y a mieux à faire, pour faire passer ses idées, que déchirer l’image de quelqu’un qui représente énormément pour beaucoup de gens. Si cette fille a un problème avec le catholicisme, elle devrait se contenter d’en parler ».

Pour en savoir plus sur le Girl's Power,cliquer ICI

Publié dans musique

Commenter cet article