Bryan Adams : sa première interview (1980)

Publié le par Daniel LESUEUR

Bryan Adams : sa première interview (1980)

Vous avez sans doute tous en tête la mélodie du fameux "Let me take you dancing" fort bien classé au hit- parade en 1980. Pour coïncider avec la sortie de son premier album, simplement intitulé “Bryan Adams", j'avais rencontré à Paris ce sympathique Canadien âgé de seulement vingt ans. L'interview fut relativement courte dans la mesure où, à l'époque, on ne pensait pas vraiment qu'il deviendrait une très grande vedette.

Bryan, quelle est la raison de votre venue à Paris ?

Eh bien, c'est mon premier voyage à Paris, a l'occasion de la présentation de mon premier 33 tours. Cela m'a permis de rencontrer la branche française de A & M.

Musicalement, parlant, comment vous situez-vous ?

En fait, malgré le style totalement disco de "Let me take you dancing", je pense faire ce que l'on appelle de la "pop music", ou du "pop rock". Sur mon album, il y a évidemment divers styles, mais l'ensemble correspond assez a cette définition.

Comment expliquez vous ce style disco malgré vos racines typiquement rock ?

Le rock est la première musique a laquelle je me sois intéressé, lorsque j'étais très jeune. Quand j'ai composé "Let me take you dancing", je n'avais jamais entendu parler de disco ! Je l'ai écrit de la façon dont je la ressentais, a la manière d'une musique agréable a écouter et qui incite à la danse, mais il n'a pas été écrit dans le but de toucher le public disco.

Le Canada est-il un pays facile à conquérir ?

Oui... SI votre chanson est bonne ! Mais il en est de même pour tous les pays. Avec un bon titre, vous pouvez même être connus en URSS ! L'avantage est que le Canada est proche des Etats- Unis, et les retombées en sont conséquentes. De plus, A & M est une firme puissante, la plus puissante au Canada.

Vos débuts, je crois, se firent en tant que compositeur ?

C'est exact : j'ai commencé à composer pour Bachman Turner Overdrive, lan LLoyd, Prism... et récemment pour Rita Coolidge.

Pourquoi avoir mis la version instrumentale en face B du single ?

C'est un truc pour discothèque : les DJs commencent a chauffer la salle avec l'instrumental, et le public accroche et demande de quoi il s'agit. Donc, avec deux platines, on enchaîne l'un sur l'autre. C'est un single qui, à mon avis, a touché le public par son énergie !

Qu'avez-vous retenu de vos expériences précédentes avec les groupes musicaux ?

Prendre ses distances avec les filles à musiciens quand on est sur la route, ne pas trop boire lorsqu'on donne une conférence de presse... et ne pas user de drogues quand on est sur scène !

Pensez-vous que ce single soit réellement représentatif de votre musique ?

Bien sûr, dans la mesure où il y a toujours une progression... Le 33 T est un pas en avant; pour résumer, "Let me take you dancing" est la musique de mes dix-huit ans, et l'album celle de mes vingt ans !

Comptez-vous à nouveau composer pour d'autres que vous ?

C'est certain, car n'oublions pas que mes débuts, tout comme ma passion véritable, sont plus la composition que l'interprétation elle-même. Il y a des millions de gens pour qui j'aimerais écrire, c'est le côté artistique qui m'excite le plus.

Pensez-vous qu’il y ait actuellement au Canada une scène musicale capable de déferler sur le monde ?

Difficile à dire ; de même que certains excellents chanteurs français ne peuvent pas marcher sur le continent américain, il est difficile de savoir quelles vedettes canadiennes ont un potentiel commercial international.

Publié dans musique

Commenter cet article