Comment les médias voyaient la télévision française en 1935

Publié le par Daniel LESUEUR

Comment les médias voyaient la télévision française en 1935

La première émission en direct (le magnétoscope n'existait pas encore) eut lieu le dimanche 8 décembre 1935.

Dès le lendemain, la presse s'en faisait l'écho, notamment Le Figaro :

- La télévision avait été officiellement présentée il y a quelque temps, mais elle était restée un plaisir réservé seulement à quelques initiés, possesseurs d’un appareil fait de leurs propres mains, ou bien fabriqué pour le moment à de rares exemplaires par les maisons spécialisées. Hier, le grand public fut admis, pour la première fois, à assister à une émission. Des appareils avaient été disposés à la Maison du tourisme, au salon de la France d’Outre-Mer, à la Maison de la chimie, à la mairie du cinquième arrondissement et au Conservatoire des arts et métiers. L’écran était assez étroit. Aussi fut-on contraint d’établir un roulement entre les spectateurs accourus nombreux et qu’un service d’ordre canalisait.

Au poste des Champs-Elysées l’affluence, en fin de séance, atteignait vingt mille personnes. Un grand coffre de bois, des boutons semblables à ceux des appareils de TSF et dans la partie supérieure une chambre noire au fond de laquelle passaient les images de 21 centimètres de largeur sur 18 centimètres de hauteur ; c’est dans ces limites étroites que se condensait cette magnifique conquête scientifique.

Après un tel succès, l'expérience fut renouvelée le dimanche suivante :

- La deuxième émission publique de télévision a connu un succès peut-être plus grand encore que celle qui eut lieu il y a huit jours. Les 40 000 demandes qui étaient parvenues au ministère des PTT n’avaient d’ailleurs pas pu être satisfaites. D’autres émissions seront nécessaires. Près de la Maison du Tourisme, en haut de l’avenue des Champs-Elysées, des barrières blanches avaient dû être placées sur le trottoir pour canaliser la foule.

Quel est le prix que pourront atteindre les appareils ? Ils n’excéderont pas, comme nous l’avons dit, ceux de très bons postes de TSF. Ils baisseront même dans les proportions où les demandes feront construire des séries plus importantes. On doit aussi faire état des inventions possibles, qui amèneront des simplifications dont bénéficieront ceux que passionne cette nouvelle conquête scientifique. Quoi qu’il en soit, l’énorme succès qu’ont connu les premières émissions de télévision prouve que M. Mandel avait vu juste en n’hésitant pas à commander le poste émetteur placé à la Tour Eiffel, poste provisoire, qui sera l’année prochaine remplacé par un poste plus puissant encore (Le Figaro, lundi 16 décembre 1935)... à suivre en cliquant ICI.

Publié dans MEDIAS

Commenter cet article