MARIELLA NOVOTNY

Publié le par Les auteurs libres

MARIELLA NOVOTNY

Dans le livre Sexpionnage à Londres (cliquer ICI) on découvre le personnage sulfureux de MARIELLA NOVOTNY qui fut la maîtresse de Johnn Kennedy et, si l'on en croit le livre de Stéphane Trano, également celle du ministre anglais Harold MacMillan.

Stella Capes dite Mariella Novotny, qui se prétendait nièce du président tchécoslovaque4 ; d’aucun assurent que c’est vrai et que Capes est le nom de l’homme qui la fit sortir du camp où elle était restée enfermée quatre ans pour la conduire à Londres.

Loin d’être une oie blanche, elle est devenue strip-teaseuse à la mort de son père, histoire d’aider sa mère financièrement.

En décembre 1959 elle rencontre Horace Dibben de 36 ans son aîné, un richissime dépravé sadomasochiste féru de magie noire, négociant en oeuvres d’art et propriétaire de night clubs.

Du côté de Dibben, c’est le coup de foudre. Mariella, pour qui le sexe n’est qu’un jeu qu’elle préfère laisser aux autres pourvu qu’elle puisse regarder, accepte de l’épouser à condition qu’elle ait toute liberté de vivre comme elle l’entend, en toute indépendance.

La cérémonie, fastueuse, avec champagne à go-go pour une centaine d’invités, a lieu un mois plus tard, le 29 janvier 1960, au Black Sheep, un club appartenant à Dibben. Il met dans la corbeille de la mariée une propriété de vingt pièces dans le Sussex datant du XVIe siècle et un somptueux appartement londonien en sous-sol, jouxtant Hyde park, et dans lequel elle pourra recevoir vingt, voire trente convives. Pour faire bonne mesure, en bon spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècle qu’il est, il ajoute une bague vieille de 200 ans ornée d’un diamant et d’un saphir.

À leur mariage, Dibben et Novotny ont pour témoin le famélique docteur Sugden. La jouvencelle est encore vierge et le dépucelage prendra paraît-il près d’un mois. Une fois fait, elle dira qu’elle « s’attendait à mieux. On en fait tout un foin pour pas grand chose ». Elle devient néanmoins « une athlète du sexe » (à suivre).

Publié dans Divers

Commenter cet article