La mésentente chez PINK FLOYD

Publié le par Daniel LESUEUR

La mésentente chez PINK FLOYD

Tout en les conduisant vers la renommée internationale, le disque-phénomène distillait son poison dans les relations entre les quatre musiciens.

"L'affaire" Waters - Pink Floyd commence dès 1972

Dark Side Of The Moon est le premier album du Floyd dont tous les textes sont signés Roger Waters, et c'est le premier album du Floyd dont les textes sont reproduits sur la pochette.

A partir de Dark Side... on peut, à juste titre, considérer que le Floyd est devenu le véhicule artistique de Roger Waters. Avant sa sortie, Waters (basse) et David Gilmour (guitare) vont se heurter violemment quant à la couleur générale de l'album : Waters le voulait passablement sombre et triste, en accord avec les paroles. Gilmour, au contraire, voulait atténuer l'atmosphère pessimiste des textes par des sonorités allégées.

Devant l'impossibilité d'accorder les deux leaders, leur firme de disque fut obligée de faire appel aux services de Chris Thomas, grand producteur-arrangeur britannique, afin de délivrer un mixage définitif à mi-chemin entre les désirs des deux protagonistes.

Rien ne s'arrange avec l'album suivant

Pour "The Wall", Waters avait posé un ultimatum: ses relations avec le débonnaire Rick Wright (claviers) étant devenues épouvantables, il impose son départ du groupe comme condition à l'enregistrement du disque. Les musiciens étant, à ce moment-là, complètement fauchés, il était pour eux hors de question de ne pas sortir un nouvel album du Floyd ! Rick Wright y joue, certes, mais non pas comme membre du groupe, mais comme musicien, employé et salarié !

Publié dans musique

Commenter cet article