Risques liés au vapotage massif

Publié le par Les auteurs libres

La cigarette électronique a toujours été vue comme une alternative inoffensive au tabagisme. Et pendant que les vapoteurs deviennent de plus en plus nombreux, les déclarations sur les risques éventuels du vapotage massif se multiplient également. Mais quels sont réellement les risques de ce vapotage massif ?

La cigarette électronique, plus cancérigène que le tabac ?

Depuis quelques années, on remarque la multiplication des déclarations visant à ternir l’image de la cigarette électronique. Différentes études, effectuées dans différents pays, ont été conclues par des conséquences considérables du vapotage massif sur la santé du vapoteurs. Une étude japonaise avait même affirmé, l’année dernière, que l’e-cigarette serait plus cancérigène que le tabac. Cependant, pour les partisans du vapotage et de l’e-cigarette, ces conclusions ont toujours été tirées à la hâte avec des expériences et des tests effectués dans des conditions douteuses. Et certains scientifiques et spécialistes suggèrent même qu’il n’est pas encore possible de statuer sur la nocivité ou non de cette alternative au tabagisme qui gagne toujours de plus en plus d’adeptes. Pour ces derniers, une étude sur le long terme est nécessaire pour pouvoir mettre en avant les véritables effets du vapotage massif pour le vapoteur et son entourage. Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé met en garde sur l’addiction que ce produit pourrait entraîner.

La cigarette électronique et la dépendance à la nicotine

Malgré le fait que l’e-cigarette attire de plus en plus d’adeptes, dont la plupart sont des ex-fumeurs et des fumeurs, plusieurs organismes essaient de limiter l’accès à cette alternative qui vise, pour beaucoup, à lutter contre le tabagisme. Cette réticence vient surtout du fait que la cigarette electronique, pour certains modèles et certaines marques, contient de la nicotine. La nicotine étant un produit toxique hautement addictif, c’est la dépendance que l’e-cigarette pourrait entrainer que ces organismes essaient de limiter. Même si aucune étude n’a encore été assez convaincante pour démontrer ce risque de dépendance, plusieurs organismes et personnalités, dont la ministre française de la santé, Marisol Touraine, ont décidé de mettre sur pied des mesures pour encadrer le vapotage. Dans tous les cas, ces organismes étatiques mettent surtout l’accent sur la protection des mineurs contre l’exposition au vapotage passif. Et cela, toujours dans la lutte contre cette dépendance nicotinique que, l’on pense, pourrait engendrer la fumée de la cigarette électronique. Et pendant ce temps, nombreux sont les vapoteurs convaincus d’avoir vaincu le tabagisme par le vapotage. Le débat reste ouvert.

Publié dans santé, Société et modes

Commenter cet article