Bob Morane : 62 ans et pas une ride !

Publié le par Daniel LESUEUR

Bob Morane : 62 ans et pas une ride !

Tout commence fin décembre 1953 avec la parution de "La Vallée infernale", premier volume d'une longue série d'aventures trépidantes. Bob Morane sera confronté aux méchants de tous poils dont le plus redoutable, monsieur Ming alias l'Ombre Jaune.

Entr'aperçu dans "La Couronne de Golconde", il s'installe définitivement dès la 34e aventure, simplement intitulée "L'Ombre jaune". L'ennemi increvable se prétend âgé de plusieurs siècles ; en tous cas cela fait 60 ans qu’il nargue notre héros !

L'auteur, Henri Vernes aborde au fil des ans des genres différents pour mieux suivre les goûts de ses lecteurs

Exotisme, espionnage, policier, science-fiction, fantastique.

Bob Morane, lui, ne change pas : son âge a été définitivement fixé à 33 ans. Officier en disponibilité de l'armée de l'air, polytechnicien, journaliste occasionnel voire espion, Morane est rarement seul.

A partir de 1958, il est en permanence secondé par l'ami Bill Ballantine, un colosse roux amateur de whisky. Eternel second rôle, il sera néanmoins vedette du « Châtiment de l'Ombre Jaune » : Morane avait été "tué" au cours de l'épisode précédent, « La Revanche de l'Ombre Jaune ». Ressuscité, Bob retrouve l'autre compère, l'archéologue Aristide Clairembart, vieil érudit en quête du continent Mu.

En 1960, Bob Morane fut désigné deuxième héros favori des jeunes, après Albert Schweitzer. Dix ans plus tard, il était encore deuxième, cette fois derrière Astérix. Le héros sans peur et sans reproche, casse-cou et généreux, a convaincu plusieurs générations de lecteurs (aujourd'hui 50 millions de lecteurs francophones, c'est-à-dire beaucoup plus qu'à l'époque où il était "à la mode").

Plus de 200 romans, des tonnes de bandes dessinées, un feuilleton télévisé avec Claude Titre pour principal interprète, des dessins animés et des jeux vidéo. A l'instar de Tintin, Morane a traversé sans la moindre difficulté plusieurs décennies, au point qu'en 1982 le groupe Indochine lui consacre son tube "L'Aventurier".

L’auteur est lui aussi un aventurier

Charles-Henri Dewisme est né en 1918 en Belgique. Il sera « Vernes » en hommage à Jules Verne, mais il ne s’agira que l’un de ses nombreux pseudonymes : Jacques Colombo, Robert Davids, Duchess Holiday, C. Reynes, Jacques Seyr, Lew Shannon, Ray Stevens.

En 1934, il quitte l’école, et sa mère le confie à son père pour travailler dans la boucherie familiale. Ses héros sont Buffalo Bill, Nick Carter et Harry Dickson.

En 1937, il fait la connaissance de Madame Lou, une Chinoise aussi troublante que sa future héroïne Miss Ylang-Ylang. Elle lui promet le bonheur en Extrême-Orient. Muni de faux papiers, il s'embarque à Marseille pour Port-Saïd, Djibouti, Colombo, Singapour, Saïgon et Hong-Kong, puis Shangaï ou il a des amis. Puis il revient en Belgique où, en 1938, il lie connaissance avec Gilberte, la fille d'un diamantaire d'Anvers. Ils se marient en 1940.

Mais rapidement c’est la rupture : il s’ennuie en pensant aux aventures qu'il a vécues.

De toute façon, la guerre a éclaté... Il s’engage dans la Résistance

Pendant la guerre il appartient aux services de renseignement, recueille et transmet des dizaines d’informations aux résistants localisés à Londres. Il fréquente les milieux littéraires, et publie son premier livre « La Porte Ouverte » en 1944, choisissant d’être écrivain et de devenir journaliste : il est correspondant d’une agence américaine et de deux quotidiens Lillois.

En 1949 son roman « La Belle Nuit pour un Homme Mort » paraît aux éditions du Triolet. Il décide aussi de revenir en Belgique et collabore sous de nombreux pseudonymes à divers hebdomadaires : Tintin, Heroïc Albums, Mickey...

En 1953 naît la collection Marabout-Junior

Henri Vernes publie « La Galère engloutie », n° 20 dans la collection. Bob Morane est né ! La période 1959 - 1967 est pour de nombreux lecteurs la plus riche en ce qui concerne les romans. Parallèlement Morane devient une BD dès 1959 avec « L'Oiseau de feu », un court-métrage en 1960 avec « L’Espion aux cent visages », un feuilleton télévisé en 1964.

En 1970 paraît le centième roman des aventures de Bob Morane

Quinze millions de volumes vendus, chaque nouveau titre tiré à cent mille exemplaires mais l’âge d’or semble passé : les ventes de la société Marabout chutent et en 1977, après 24 ans de publication paraît le dernier roman des 142 volumes chez cet éditeur « Bob Morane dans le Triangle des Bermudes ».

L’absence du héros est de courte durée

Morane reparaît en 1978 à la Librairie des Champs-Elysées. Cette aventure se terminera deux ans plus tard, suivie d'une autre, à la Bibliothèque Verte jusqu'en 1983. la production est moindre : seulement treize nouveaux romans.

Au bout de 30 ans, les romans de Bob Morane disparaissent Vernes se passionne pour son nouveau héros, Don, qu’il fait vivre sous le pseudonyme de Jacques Colombo (11 aventures publiées au Fleuve Noir entre 1983 et 1986).

C’est également au Fleuve Noir que renaît Bob Morane en 1988.

A 70 ans, Henri Vernes publie la 156ème aventure de son héros, « L'Arbre de la Vie ».

En 1990, après huit romans, il quitte le Fleuve Noir et signe un nouveau contrat avec les Éditions Lefrancq ou paraît en 1992 le cent soixante quatrième roman « La Panthère des hauts plateaux ».

Publié dans BANDE DESSINEE

Commenter cet article