Une invasion de radios pirates en Grande-Bretagne !

Publié le par Daniel LESUEUR

Une invasion de radios pirates en Grande-Bretagne !

Dans son article du 4 juin (cliquer ICI), Newsweek nous apprend qu'il y a actuellement une centaine de radios pirates dans toute l'Angleterre. Le gouvernement britannique, à l'instar de la Norvège qui a annoncé la disparition de la FM pour 2017, compte en faire autant et dans les mêmes délais. la radio numérique aura alors remplacé totalement la FM, qui existe depuis 50 ans et qui, en France, a pris son envol en 1981. Mais les pirates anglais font de la résistance !

Les pirates terrestres

Conscients de l'impossibilité de remettre à flot un bateau-radio, les passionnés de radio libre investissent les ondes courtes, de plus en plus désertées par les stations officielles, et la FM. Faire vivre une radio pirate n'est plus désormais qu'un hobby.

Pour éviter les saisies découlant d'une action illégale depuis la terre, les émissions en direct se raréfient.

Le pirate choisit délibérément d'enregistrer son programme durant la semaine et de le diffuser ensuite (généralement le dimanche matin) après avoir dissimulé son matériel d'émission, pourquoi pas, en plein cœur d'une forêt ! Ainsi, même si par malheur la police venait à retrouver le point d'émission, son auteur ne pourrait être pris en flagrant délit.

Mais la passion est plus forte que le risque encouru et ces petites stations terrestres, dont les auditeurs, surnommés anoraks, se comptent parfois sur les doigts d'une main, ont vécu plusieurs mois, parfois plusieurs années.

Citons-en quelques-unes :

Radio Delta International (Hollande). Cette station commença ses programmes en 1978 sur 227m OM, les poursuivit sur onde courte en 1982 (bande des 48m OC, fréquence de 6 275 kHz). Elle fut captée en 1992 sur 6 400 kHz. Radio Merlin International, sur 6 240 kHz, dispose de deux adresses, l'une à Chelmsford, en Grande-Bretagne, l'autre à Merlin (Ontario) au Canada. Après avoir été saisie le 23 décembre 1991 par le D.T.I., dispose d'une nouvelle adresse à Colchester (Grande-Bretagne).

Radio Marabu semble fort bien structurée, puisqu'elle propose à ses auditeurs le planning des émissions prévues pour au moins trois mois à l'avance ! Durant l'hiver 1992-1993, on put la capter sur 6 230, 6 262, 7 294 et 7 484 kHz. Elle émet depuis Wuppertal, en Allemagne. Elle est également relayée en FM en Allemagne par Radio Sauerland, en Finlande par Radio Polaris, en Belgique par Radio Panique, en Espagne par Radio Clavi, en Croatie par Hrvatski, au Canada par CKLN, aux U.S.A. par KUSC-FM et en France par Radio Libertaire (Paris), Canal Sud (Toulouse), Radio Pastel (Roubaix), La Vie au Grand Hertz (Bordeaux), Radio Campus (Lille), Radio Mau Mau (Chalons s/ Marne).

Radiofax, bien que située à Cranleigh, en Grande-Bretagne, eut l'intelligence de se forger un auditoire fort consistant en émettant légalement depuis Dublin. Autre coup de génie : utiliser la fréquence de 6 205 kHz, celle (entre autres) de R.N.I. dans les années 70. Radiofax disposa de deux autres fréquences (3 910 et 12 255 kHz) avant de disparaître en septembre 1992 suite à l'application de la loi en Irlande. Radiofax employait (sans doute bénévolement) 44 personnes.

Radio Orang Utan, en Hollande, commença à émettre en 1977. Elle subit trois assauts du G.P.O.. Malgré sa modeste puissance de 250 watts, elle fut perçue à travers une dizaine de pays, des Etats-Unis au Zaïre. Captée en 1992 sur 6 200 kHz.

Radio Concord, à Londres, fit l'objet d'un somptueux article dans l'hebdomadaire Melody Maker daté du 15 mars 1975. Intitulé "Pirates of the air", ce très long "papier" présente Wonderful Radio Concord à travers les interviews de ses animateurs. La station émet en OM (225m).

Sunshine Radio International, en Allemagne, émit d'abord en FM sur 102,1 MHz. Mais après quelques émissions, le matériel prit feu et dut être remplacé par un émetteur en onde courte, moins coûteux. Sunshine Radio fut captée en 1993 sur 11 401 kHz et 7 473 kHz.

Radio Waves International existe depuis 1974. C'est une station française localisée en banlieue parisienne. Radio 510 International, station suisse, émit sur 7 120 kHz.

Quel avenir pour les pirates ?

En ce début de 21ème siècle, le phénomène des radios pirates, notamment de divertissement (musicales en grande majorité) semble appelé à totalement disparaître : presque tous les pays ont adopté une législation permettant au plus grand nombre de prétendants d'émettre en toute quiétude depuis la terre ferme ; en outre l'internet permet aux moins riches de monter leur propre "radio" tout à fait librement. La prolifération des radios locales en FM a assouvi le besoin de communication. Mais en Angleterre, en cette fin de printemps 2015, ça bouge ! (pour en savoir plus, cliquer ICI)

Publié dans radio

Commenter cet article