Mort de Jimi Hendrix : ving-cinq ans de rumeurs

Publié le par Daniel LESUEUR

Mort de Jimi Hendrix : ving-cinq  ans de rumeurs

Un décès, à 27 ans, est toujours suspect. Alors on invente !

Lorsqu'un personnage public extravagant meurt dans des circonstances mal définies, nul ne peut s'empêcher de chercher des causes, des explications, des indices...

Le 18 septembre 1970 mourait Jimi Hendrix. Un mythe naissait, et avec lui l'inévitable cortège de légendes plus ou moins exactes, plus ou moins vérifiées.

Tout comme pour Jim Morrison, mort en 1971 et dont les circonstances du décès ne seront connues avec précision que trente ans plus tard, celles entourant la mort d'Hendrix ne furent révélées que vingt ans plus tard.

Dès janvier, des indices...

Le dernier album publié du vivant de Jimi Hendrix, Band of Gypsys, dispose de trois pochettes différentes, selon le pays : Etats-Unis, France et Angleterre. L'édition anglaise a une histoire quelque peu macabre. Il s'agit de la fameuse pochette dite "aux 4 poupées" (VOIR NOTRE DOCUMENT) au verso de laquelle on reconnaît trois rock stars. Jimi Hendrix, c'est logique… Bob Dylan, Brian Jones le guitariste des Rolling Stones et John Peel, célèbre animateur de radio britannique. Or il se trouve que (réalité ou intox ?), Bob Dylan avait failli mourir des suites d'un accident de moto en 1966, et Brian Jones était mort six mois plus tôt, retrouvé noyé dans sa piscine en juillet 1969.

Dylan, Jones et Hendrix -ce n'était un secret pour personne- consommaient énormément de drogue. A la mort d'Hendrix, la pochette portait désormais les images, certes sous forme de poupées, de deux défunts sur quatre.

Deux cadavres sur une pochette de disque !

Cela pouvait-il porter malheur à Bob Dylan ? ou à John Peel ? Voire aux deux. L'époque, en effet, baigne dans le mysticisme et les fans décortiquent les pochettes de disques : depuis qu'une rumeur avait couru sur le compte de Paul McCartney (mort dans un accident de la circulation, il aurait été remplacé par un sosie), on n'avait cesse de trouver sur les pochettes des Beatles des indices confirmant la rumeur. Du coup, la pochette de Band of Gypsys d'Hendrix est retirée de la vente.

Septembre 1970 : officiellement, Jimi est mort pendant son sommeil

Il a été étouffé par ses vomissures suite à une intoxication aux barbituriques mélangés à tout l'alcool ingurgité la veille au soir. L'autopsie, en effet, avait révélé que les organes de l’artiste étaient en excellente condition, qu’on n’avait pas relevé la moindre trace de piqûre sur son corps, que son usage de drogue était une pure invention de son manager Mike Jeffery pour "soigner" l'image publique du guitariste fou. Il est dès lors impossible d'empêcher la rumeur de suggérer que Jimi a été victime d’une overdose d’héroïne.

Finalement, la rumeur n'avait qu'une tête d'avance : ce n'est pas Jimi, mais Janis Joplin, quelques jours plus tard, qui tombera victime de l'héro, une héroïne trop pure, comme celle qui aura raison de Morrison.

Un dossier trop rapidement expédié

Le permis d'inhumer rédigé en 1970 s'achevait sur la formule "insufficient evidence of circumstances, open verdict". Ce "flou artistique" qui entoure les causes véritables du décès d'Hendrix eut une conséquence fâcheuse et inattendue : Jimi avait souscrit une assurance vie au profit de son père... mais les compagnies qui auraient dû verser deux millions de dollars au père Hendrix prétextèrent que Jimi s'était suicidé par ingestion de tranquillisants.

Vingt ans plus tard...

A la suite des révélations de sa girlfriend Kathy Etchingham et de Dee Mitchell, ex-femme de son batteur Mitch Mitchell, une enquête fut ouverte bien tardivement : l'ambulance aurait apparemment pris trop de temps pour arriver, causant le décès du simple fait de son retard.

Nul ne sera jamais d’accord sur les véritables circonstances de la mort. Car une autre thèse circule : certes l'intervention du service des urgences n'a pas été assez rapide, mais il est possible qu’il soit mort simplement dans les secondes, les minutes qui ont suivi l'appel lancé pour demander une ambulance : son entourage n’avait pas incliné sa tête de manière à empêcher l’étouffement. Dans ce cas, l'équipe d'urgentistes, même parvenue plus rapidement sur les lieux du drame, ne pouvait plus rien faire. Reste une question : pourquoi attendre vingt ans pour révéler des faits d'une telle ampleur ? Suite de notre article en cliquant ICI.

Publié dans musique, PEOPLE

Commenter cet article