BEATLES : un quizz géant (2è partie)

Publié le par Daniel LESUEUR

BEATLES : un quizz géant (2è partie)

Vous croyez tout connaître sur les Beatles... et vos amis aussi ? Posez-leur ces colles :

Que s'est-il passé le 6 juillet 1964 ?

La première du film des Beatles pousse les jeunes dans la rue : rien qu'à Liverpool, ils sont 150 000 à faire la queue pour assister à l'une ou l'autre séance de Hard Day's Night.

En 1964, les coiffeurs américains et britanniques se ressaisissent et proposent la "coupe Beatles" à leurs jeunes clients qui commençaient à déserter les lieux. On assistera ensuite à un monstrueux commerce de perruques Beatles… Quelques mois plus tard, dans un grand hebdomadaire musical britannique, on proposait des "lèvres Mick Jagger".*

En 1964, les Américains ont acheté pour 50 millions de dollars de produits Beatles.

Qui est Jimmy Nicol ?

Pour un certain Jimmy Nicol, courte période de gloire : en 1964, il remplace quelques jours Ringo Starr, obligé de se faire opérer des amygdales durant la tournée australienne.

1965...

Les Beatles se produisent au Shea Stadium de New York. L'enregistrement circule sous le manteau, sous forme de disque pirate ou sur cassette, jusqu'à la sortie du 33 T Live At The Hollywood Bowl.

Pourquoi les Beatles n'avaient-ils jamais publié d'album live ?

La réponse crève les oreilles : ils sont épouvantablement mauvais. Mais ils sont excusés. Le stress les fait jouer trop vite et les cris du public les empêchent d'entendre leur propre performance.

John Lennon et Paul McCartney composent pour autrui.

Il ne s'agit pas de chansons à eux qu'ils "refourguaient" ensuite, mais au contraire de véritables compositions qu'eux-mêmes n'enregistraient pas, pour ne pas porter ombrage à leurs protégés. Grâce à Hello Little Girl (repris en français par Sheila, "Hello petite fille"), les Fourmost se retrouvent n°1. Même tabac pour Billy J. Kramer and the Dakotas avec I'll Be On My Way, I'll Keep You Satisfied et Bad To Me (repris en français par par Vince Taylor sous le titre Tu changeras d'avis). L'année prochaine, le tandem proposera That Means A Lot, un titre médiocre au succès mitigé pour P. J. Proby. Cette pratique de Lennon et McCartney ne durera que quelques mois. Les compositions pour autrui reprendront en 1967 : Paul McCartney écrit Penina pour Sergio Mendez (pendant des années, ce titre n'était disponible qu'au Portugal, et encore difficilement, car ce ne fut pas un tube) et Cat Call, un titre à l'intention du jazzman Chris Barber. Le père de Paul était lui-même un jazzman, et il avait aidé son fils à apprendre la musique.

En 1966 sort l'album Revolver.

En est extrait Yellow Submarine qui deviendra en français Le Sous-marin vert par Maurice Chevalier et les Compagnons de la Chanson. En traversant la Manche, il a changé de couleur. Pourtant, on ne parle pas encore de marée noire. La première, célèbre, est celle du Torre Canyon, en 1967.

H-E-L-P

D'emblée, il faut rétablir une vérité ou, plus exactement, démolir une légende. Depuis 1965, tout le monde est persuadé que les Beatles, sur la pochette de l'album Help, écrivent "H-E-L-P" en sémaphores. Par la position de leurs bras, Harrison écrit le H, Lennon le E, etc... Très joli à croire, et d'ailleurs, de la part des Beatles, rien n'étonne. Mais c'est faux. Si votre grand père fut télégraphiste, montrez-lui la pochette du disque, il vous confirmera que les gestes -pourtant ô combien précis !- des quatre de Liverpool ne signifient rien de particulier.

Ce second film, Help, aurait du s’intituler Eight Arms To Love You, en référence, certes, aux huit bras des quatre Beatles, mais également aux huit bras de la déesse hindoue qui figure sur l’affiche. Or le film fut tourné, non pas en Inde, mais aux Bahamas. SUITE DE NOTRE QUIZZ EN CLIQUANT ICI

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article