à redécouvrir : Peter Frampton

Publié le par Daniel LESUEUR

à redécouvrir : Peter Frampton

C'est tout de même rageant d'avoir été une superstar internationale et de ramer comme un malade pour parvenir à surnager dans ce panier de crabes qu'est parfois le show business !

Peter Frampton est un Anglais qui doit sa réussite à l'Amérique ; né en 1950, il joue de la guitare, fort jeune, dans les groupes The Preachers et The True Beats, en 1966. Il devient the face of the year (traduisez : la belle gueule de l'année) en 1967, grimpant au hit-parade au sein du groupe The Herd (1967).

En 1968, il fonde le groupe Humble Pie. Puis il décide de faire carrière en solo. Hélas le succès l'abandonne, et ses deux premiers albums (1971 et 1972) sont des fiascos. Pour faire le point sur son triste sort, il prend carrément trois ans de vacances.

Gonflé à bloc, il décide d'investir le marché américain. Et y parvient !

Aux States, il est considéré comme un guitariste hors pair. Or il se contente d'interpréter, certes correctement, des morceaux qui figurent à son répertoire depuis des années... mais en utilisant un gimmick : les deux micros de sa Gibson Les Paul 1954 sont branchés à l'envers, ce qui lui confère un son exceptionnel, d'autant qu'il a branché son micro sur la pédale wah-wah, donnant l'impression qu'il fait parler et chanter ses cordes.

Unique !

A chaque concert il obtient tant de succès que sa maison de disques commercialise un double 33-tours en public simplement intitulé Frampton Comes Alive. Il s'en vend des millions.

En France, où son succès semble moins évident, le double album est réduit à un seul 33-tours. Prudence, malgré la présence du tube Show Me The Way.

Si 1977 marque l'année de sa consécration (Frampton Comes Alive est Disque de platine), 1978 marque sa déchéance.

Sa participation au film Sergeant Pepper's Lonely Hearts Club Band le discrédite auprès de ses admirateurs.

Il échappe miraculeusement à un terrible accident de voiture qui le tient éloigné du monde du spectacle durant de longs mois.

Malgré un sérieux coup de pouce de la part de David Bowie qui l'embauche comme guitariste de sa tournée Day In, Day Out de 1987, rien n'y fait.

Aujourd'hui encore, Peter Frampton est considéré comme un has been. Dure à remonter, la pente.

Publié dans musique

Commenter cet article