Georges Brassens et Patachou

Publié le par Daniel LESUEUR

Georges Brassens et Patachou

Sans elle, il n'aurait jamais chanté !

Le jeune Sétois était arrivé à Paris au début de la guerre.

Après la libération, sur la pointe des pieds, il s’immisce dans le monde du spectacle

Bien heureux que des gens comme Suzy Solidor ou Juliette Gréco interprètent ses chansons, Brassens n’en demande pas plus. Mais progressivement une certaine Patachou va le propulser sur le devant de la scène.

Sans son insistance, jamais il n’aurait osé imaginer chanter lui-même ses petits couplets… et encore moins en public !

Qui est Patachou ?

Décédée le 30 avril 2015, Henriette Ragon est née à Paris en 1918. Son influence sur la chanson française dépasse largement le cadre de sa propre carrière : c'est elle qui obligea Brassens à interpréter lui-même ses propres compositions (en revanche, elle avait "jeté" Aznavour : "Revenez me voir lorsque vous ne serez plus enroué, et, surtout, cessez de fumer !").

Elle n'était pas immédiatement entrée dans le monde du spectacle ; il lui fallut, auparavant, exercer diverses professions : commerçante avec son mari Jean Billon (leur fils Pierre Billon est très connu dans le monde du disque), dactylo, secrétaire... mais pas n'importe où : secrétaire chez l'éditeur musical Raoul Breton ; c'est déjà un pied de posé dans le monde du disque.

En 1948, elle ouvre son cabaret Chez Patachou place du Tertre, juste à côté de la boulangerie pâtisserie familiale (d'où son surnom, Pâte à choux).

Un cabaret unique au monde : la "patronne" coupe la cravate des clients qui refusent de chanter !

Patachou est une femme à qui on ne dit pas non

Elle va progressivement pousser Brassens à chanter lui-même ses chansons, d’abord dans son cabaret, ensuite sur disque, notamment en duo, elle et lui, une touchante chanson intitulée « Papa maman ». il aurait été dommage que Georges ne chante pas lui-même ses chansons... (voir nos 12 autres articles sur BRASSENS en cliquant ICI).

Publié dans musique

Commenter cet article