Il y a 40 ans disparaissait Mike Brant

Publié le par Daniel LESUEUR

Il y a 40 ans disparaissait Mike Brant

C'est le 25 avril 1975 que disparut le chanteur qui était devenu le numéro un dans le cœur des midinettes francophones (pour connaître tous les scores de Mike au hit-parade, cliquer ICI). Rappel de quelques-uns de ses tubes...

Moshé est né à Chypre en 1947. Il quitte l'école à treize ans et s'installe dans un kibboutz. Passionné de musique, il réunit frères et amis et monte son premier groupe. Il se produit fréquemment à Haïfa où il étudie également l'art dramatique. L'expérience venant, son succès conquiert tout le Moyen-Orient. Durant une demi décennie, Mike Brant rivalisera avec Claude François. Son physique n'est pas étranger à son succès. Après « Laisse moi t'aimer », les tubes s'enchaînent : « Mais Dans La Lumière » (1970), « Qui Saura » et « C'est Ma Prière » (1972), « Rien Qu'une Larme » et « Tout Donné, Tout Repris » (1973), « Viens Ce Soir » (1974), « Dis-Lui » (1975). En 1973, il était retourné en Israël, son pays natal alors en guerre. Fin 1974, il réalise une première tentative de suicide. La seconde, en avril 1975, lui sera fatale (d’autres prétendent qu’on l’a poussé par la fenêtre). Il venait d'être élu "chanteur le plus populaire de France". Qui saura... Qui saura... Qui saura s'il aurait connu la renommée internationale qu'il commençait à conquérir ?

MAI 1970 - Laisse Moi T'Aimer (SP CBS 4765)

Mike est n°3 en France avec « Laisse Moi T'Aimer », début d'une carrière fulgurante quoique brève. Un an plus tôt (mai 1969) il se produisait à Téhéran. Le destin voulut que ce soir là Sylvie Vartan soit présente. Impressionnée, elle lui proposa de venir enregistrer à Paris. Ne parlant pas un mot de français, Mike aurait dû connaître des débuts patauds. Il n'en est rien : il enregistre phonétiquement, mot à mot, syllabe après syllabe s'il le faut. Les mauvaises langues prétendent qu'il aurait décidé de se suicider le jour où il eut sous les yeux les traductions de ce qu'il chantait depuis cinq ans.

MAI 1972 - Qui Saura (SP CBS 7969)

Après son triomphe à l’Olympia en novembre-décembre 1971 dans le spectacle de Dalida, Mike Brant impose un slow au titre prémonitoire, “Qui Saura”, adaptation de “Che Sara” de José Feliciano sur des arrangements du brillant Jean-Claude Vannier. Ce tube marque le début d’une collaboration avec le parolier Michel Jourdan, tandis que sa carrière prend des airs de folie auprès du public féminin.

NOVEMBRE 1972 - C’Est Ma Prière (SP CBS 8423)

En signant sa première composition, “C’Est Ma Prière”, Mike Brant frappe très fort, frôlant le millions de disques vendus. L’orchestration met en valeur sa voix puissante sur ce slow qui fait craquer. En 1972, Mike assure 250 galas et cette pression permanente commence à l’étouffer.

AVRIL 1973 : Rien Qu’Une Larme (SP CBS 1372)

Dans l’esprit des grands crooners américains, le beau ténébreux Mike Brant est toujours aussi mélancolique pour faire pleurer les jeunes filles avec « Rien Qu’Une Larme », son quatrième disque de platine.

SEPTEMBRE 1973 : Tout Donné, Tout Repris (SP CBS 1771)

Au terme d’un périple de 70 galas durant la saison estival, Mike Brant obtient un autre hit prémonitoire, « Tout Donné, Tout Repris », à son tour récompensé par un disque d’or. En effet, il exprime son mal de vivre et ses déceptions amoureuses qui l’amèneront à se suicider en 1975.

Un article entier sera consacré à la chanson "DIS-LUI"...cliquer ICI

Publié dans musique, PEOPLE

Commenter cet article