Judge Dread

Publié le par Daniel LESUEUR

Judge Dread

Dans JAMAICA SESSION, un livre à paraître au printemps chez l'éditeur Camion Blanc, l'auteur Yannick Maréchal nous parle de JUDGE DREAD

Contrairement à ce que l'on pourrait croire à l'écoute de ses disques (notamment sa reprise hilarante de « Je t'aime... Moi non plus » :cliquer ICI ), Alexander Minto Hughes dit Judge Dread est un Blanc né le 2 mai 1945 à Londres. Il passe son enfance dans le quartier de Brixton, comptant une des plus importantes communautés jamaïquaines de Londres, ce qui lui donna très tôt la passion des rythmes chaloupés du Reggae. Après de nombreux petits boulots, comme videur de clubs (notamment aux mythiques Flamingo et Ram Jam de Brixton), catcheur sous le nom de The Masked Executioner ou garde du corps (pour des personnalités telles que Laurel Aitken, Prince Buster ou Mick Jagger), il s'occupe de la programmation musicale lors de populaires soirées Reggae (les Reggae Revival Show) puis entre au service de Trojan Records comme collecteur de dettes en 1972. son titre le plus coquin est certainement « Jamaica Jerk Off », littéralement la branlette jamaïquaine, écrit par Elton John et Bernie Taupin et chanté précédemment par The Pioneers. En 1977, le King en personne (Elvis Presley) avait décidé d'enregistrer un titre écrit par Judge Dread, « A Child's Prayer », en guise de cadeau de Noël pour sa fille Lisa Marie ; il mourut avant !

Comme Molière, Judge Dread est mort sur scène (13 mars 1998).~~Si vous souhaitez recevoir automatiquement tous nos nouveaux articles dès parution, rien de plus simple : abonnez-vous (formulaire en bas à droite de cet article)

Publié dans musique

Commenter cet article