C'est la faute à Pétain !

Publié le par Daniel LESUEUR

C'est la faute à Pétain !

Sur son blog (cliquer ICI), Madalen constate « que l'on ne trouve plus de plantes fraîches ou séchées vendues entières, au détail. Actuellement si nous voulons acheter des plantes médicinales pour nous soigner, il faut se les procurer en boite d'infusions ou en gélules. »

Réponse d'un expert...

« Je pense que la France pourrait supporter cinq à six cents herboristeries à l’heure actuelle (Herboriste au 21è siècle ? Cliquer ICI). Mais il faut que ces points de vente soient capables de proposer des plantes fraîches et puissent répondre aux prescriptions médicales », affirme Michel Pierre, directeur de la célèbre Herboristerie du Palais Royal.

Le plus vieux métier du monde ? Quand même pas !

Le métier d'herboriste a été reconnu pour la première fois en France en 1312.

Dans les années 1970, allant de pair avec l'émergence de l'écologie, il connut un regain d'intérêt auprès du grand public.

Il n'empêche qu'aujourd'hui il ne reste plus qu'une dizaine d'herboristeries en France alors qu'on en comptait 4500 au début de la Seconde Guerre mondiale,.

Une dizaine... alors qu'il y en a mille fois plus en Allemagne ou en Italie.

Ils ont eu Hitler et Mussolini mais nous on a eu Pétain

Aucun diplôme officiel d'herboriste n'a été délivré depuis la loi promulguée par le régime de Vichy le 11 septembre 1941. Décidément, le 11 septembre...

Cette loi organisait l'industrialisation de la pharmacie et transformait le marché de manière à permettre à la finance d'entrer dans le capital du secteur de la pharmacie.

Et le Français y a pris goût, aux médocs. Pourtant, c'est pas des bonbons...

Les Français, champions européens de la consommation de médicaments

L'Assurance maladie, en 2013, a remboursé 22,6 milliards d'euros de dépenses de médicaments. Est-ce bien raisonnable, dans... « un pays en faillite », si l'on en croit François Fillon. D'ailleurs, d'aucuns n'hésitent pas à employer le terme de « surconsommation », plutôt que de simple « consommation » : La France est un pays où la surconsommation médicamenteuse est flagrante et injustifiée, déclarait déjà Bernard Kouchner en 1998.

Au moins à la campagne, est-il besoin d'engraisser l'industrie pharmaceutique pour des affections que nos grands-parents soignaient par les plantes qu'ils trouvaient autour de chez eux ? « Ils ont su tirer parti de leur environnement pour survivre, pour se soigner lorsque les médecins étaient trop éloignés et que la médecine était trop chère... » écrit encore notre Madalen pleine de sagesse.

« Les plantes peuvent donner d’excellents résultats pour une cystite, contre un calcul biliaire ou rénal, contre l’hypertension, le diabète, etc. Dans ce genre de cas bien précis, elles peuvent donc totalement remplacer les conseils du médecin généraliste » continue Michel Pierre.Le thym soigne la toux et la bronchite, l'eucalyptus dégage le nez et les bronches, l'ortie soulage l'arthrose, etc.

Quand on sait que 148 plantes sont en vente libre, ça mérite de faire l'acquisition d'un livre comme « Au bonheur des plantes » (Le Pré au clerc) considéré comme l’un des meilleurs ouvrages français de phytothérapie. Alors, une suggestion, pleine de bon sens et tout à fait réalisable...

On a bien aboli la peine de mort et le monopole d'État sur la communication audio-visuelle... Faisons-en autant pour la loi Pétain qui pénalise ceux qui voudraient éviter de « bouffer des cachetons ». Et faisons d'une pierre deux coups : c'est le « trou de la Sécu » qui s'en rétrécira d'autant.

Publié dans Société et modes

Commenter cet article