Noël, la crêche, autrefois instants de joie, deviennent sujets à contreverse, et pourtant...

Publié le par Josiane Baud

La période de Noël était la bienvenue dans chaque esprit jusqu'à aujourd'hui, dans toutes les familles. Occasion de retrouvailles pour certains, de festivités pour d'autres, de plaisirs divers en tous cas, que l'on ait de l'argent ou pas, qu'importait, c'était l'instant qui comptait, toutes générations confondues.

Les fêtes de Noël se préparaient avec amour.

Avec tous les membres de la familles, même éloignés par la distance, l'essentiel était de se retrouver, et tous faisaient en sorte d'être présents.

Quant aux présents, aux cadeaux plus exactement, ils étaient préparés avec amour, longtemps à l'avance. Fabriqués au sein du foyer, au cours de longues veillées, ils étaient destinés à telle ou telle personne, et à elle seule, pour de bonnes raisons, très personnelles.C'était là toute leur valeur.

Même sans beaucoup de finances, chacun s'évertuait de décorer son intérieur, pour retrouver l'ambiance chaleureuse des Noëls de son enfance: la crèche qui recréait un semblant de foyer, même sommaire, mais tellement chaleureux avec les gens, les rois mages mais aussi les fermiers du coin et les animaux qui participaient, le sapin, avec des cadeaux, même touts petits, le matin du 25 décembre, au réveil.

Les villages et les villes, à l'unisson, affichaient le même enthousiasme, c'était beau, c'était bon.

Aujourd'hui Noël est devenu pour beaucoup une affaire commerciale.

Maintenant, on ne pense plus vraiment ce que l'on va offrir, à qui, et pourquoi.

Très souvent l'argument clé est le prix. La plupart des cadeaux sont désuets, sans intérêt réel pour le destinataire qui, bien souvent, va les revendre sur le web... ou les laisser au fond d'un placard.Avec un peu de chance ce sera un objet très à la mode... qui passera aussi vite qu'il est venu et tombera dans l'oubli.

Pessimistes ces réflexions, allez-vous me dire?

Non, pas vraiment, réalistes au plus, car le pire est en train d'arriver et c'est peut-être notre manque d'investissement personnel dans cette fête aujourd'hui qui en est la cause car les opposants vont en profiter.

En cette fin d'année 2014, l'ambiance de Noël devient électrique!

Pas à cause des guirlandes, non ce serait trop simple: à cause des mentalités, et là c'est plus compliqué, il va falloir psychanalyser!

La crèche et ses participants gêne certaines personnes. Histoire de religion semble-t-il, pourtant cela ne devrait pas être puisque beaucoup de peuples au monde s'y réfèrent, de près ou de loin. D'ailleurs la période de Noël n'a-telle pas souvent donné lieu à des trêves lors de certains combats, voir à des libérations d'otages ou de prisonniers?

Cela demande peut-être un petit retour en arrière...

Pourquoi la dâte du 25 Décembre?

Dès le néolithique, le cycle du soleil est celui de la vie. Par exemple dans le temple mégalithique de Newgrange en Irlande, la lumière du soleil ne rentre que le jour du solstice d'hiver, le 25 décembre.

A cette même dâte du 25 décembre, étaient fêtés:

-Aux IIè et IIIè siècles avant Jésus-Christ, Mithra, dieu soleil né dans une grotte le 25 décembre, au cours de "Natalis Invicti" (Nativité du Soleil Invincible) ou "Sol Invinctus" (Dieu Invaincu),adoré comme Dieu de la lumière dans l'ancienne religion iranienne, le dieu qui luttait contre les ténèbres, était vénéré par les Perses.

-Aïon, fils d'Osiris, surnommé Soleil renaissant, par les Egyptiens,

- les Saturnales, par les Romains, qui faisaient ripailles en l'honneur de Saturne, Pendant cette période, les esclaves ne le sont presque plus, le travail est interdit et les exécutions suspendues.

-le solstice d'hiver par les Celtes qui coupaient, au 6 ème jour, soit notre 1er janvier, le gui sacré qui annonçait le retour de la vie sur les chênes.

http://calendrier.celtique.free.fr/

-Les peuples du Nord (germanique et scandinaves) célèbrent aussi le solstice le 21/22 décembre, la nuit la plus longue de l’année sous le nom de Yule.

Quel rapport avec le christianisme?

Pendant les premiers siècles de l'ère chrétienne, Les Evangiles ne mentionnaient pas de date exacte pour la naissance du Christ et ce n'est qu'en l'an 354 que l'on fixa le 25 décembre, jour qui célébrait alors le solstice d'hiver (nuit la plus longue de l'année) et qu'on l'appela Noël, tiré du latin natalis.

Ainsi, le temps passant, la fête du renouveau annuel et la fête religieuse se sont mélangées, apportant chaleur et bonheur dans les sociétés.

Le Père Noël est un personnage inventé bien plus tard, fin XIX ème, et permit d'apporter de la douceur avec des cadeaux, en plus de la joie ressentie au sentiment de vie qui reprend.

Noël, l'invention du père noël par Clément Moore et ...

Depuis quand y-a-t-il des problèmes autour de la fête de Noêl?

Et bien bizarrement, cela remonte aux années 50. Un évêque n'appréciant pas le fait que le Père Noël ait une part à jouer là-dedans!

En 1990, la commission scolaire de Solon, (banlieue de Cleveland) en Ohio, a interdit les représentations de la nativité ou de Noël se servant du principe de la séparation de l’Église et l’État. Les parents, en colère de voir que c'était d'une fête pour les enfants dont il était s'agissait, ont réussi à faire rejeter la décision.

La Cour décida que Noël était une tradition universelle qui ne faisait partie d’aucune religion car elle la transcendait. On jugea que c’était une fête séculière qui faisait partie de toutes les cultures à travers le monde.

Aujourd'hui ce serait pour préserver d'autres pratiques religieuses que les manifestations physiques ou décoratives liées aux fêtes de Noël devraient être supprimées, selon certains.

Quelles seraient les conséquences, pour la vie et l'économie?

A titre d'ambiance, elle va devenir... électrique!

Et puis des questions se posent: pourquoi accepter les décorations des communes, sapins, guirlandes, etc... qui sont liées à ces fêtes? Finalement elles n'ont plus vraiment lieu d'être s'il n'y a plus de festivités.

Pour les crèches, c'est encore pire: que vont devenir les fabricants de ces santons qui sont maintenant au centre de cette grosse discussion? Ces merveilleux petits personnages qui sont le centre d'intérêt des marchés de Noël, vont ils disparaitre?

En conclusion:

Pourquoi ne pas accepter, tout simplement que Noël, fête du solstice d'hiver, puisse être célébrée par toute l'humanité, considérer que son histoire remonte à son origine, et qu’elle pourrait donc être une merveilleuse occasion de rapprochement et de dialogue entre tous ?

Noël, la crêche, autrefois instants de joie, deviennent sujets à contreverse, et pourtant...
Noël, la crêche, autrefois instants de joie, deviennent sujets à contreverse, et pourtant...

Publié dans Société et modes

Commenter cet article