Croissance = chômage

Publié le par Daniel LESUEUR

Depuis près d'un demi-siècle, le chômage augmente bien que les gouvernements successifs jurent leurs grands dieux qu'ils font tout pour le combattre : "Tout sera mis en œuvre pour éradiquer ce fléau de la société" (!). Alors, puisqu'aucune mesure n'a eu d'impact, on en tire deux hypothèses

1) soit tous les gouvernements successifs furent et sont des incapables

2) soit ils n'ont jamais voulu combattre le chômage.

Choisissons l'hypothèse n°2.

Le chômage, pas intéressant... Ce qui l'est, c'est la croissance

Du plus haut placé, qui en croque, jusqu'au bas de l'échelle (le chômeur potentiel qui ne veut en rien sacrifier de ses privilèges) en passant par les intermédiaires parasites qui arrivent à alimenter les grandes surfaces en produits qui ont traversé la planète en polluant mais qui coûtent moins cher que les produits locaux...

Le chômage peut être éradiqué très facilement ; il suffit de renoncer à la croissance et aux profits honteux... mais qui le voudrait ?

Le travail est ce dont ont besoin tous les Français. financièrement parlant, bien sûr... mais également moralement. Même si les allocations-chômage permettent à celui privé de travail de répondre aux nécessités (loyer, nourriture, etc.), il ne se sentira bien dans sa peau que lorsqu'il aura repris sa place dans le monde du travail. Mais pas obligatoirement en en étant surchargé et stressé.

Mi-décembre 2014, un rapport parlementaire indiqua que les 35 heures avaient été efficaces contre le chômage :

"Entre 1997 et 2002, on a connu la période pendant laquelle le chômage a le plus baissé de 10,8% à 7,8%. Pendant ces cinq années, il y a eu 2 millions de créations d'emploi".

Alors c'est mathématique : si le fait de passer de 40 h à 35 h a créé deux millions d'emplois, si l'on passait tout la population à mi-temps (20 heures) il n'y aurait plus un seul chômeur en France.

Un partage du travail comme de toutes nos autres richesses

Tout le monde a accès aux soins, à l'éducation (écoles gratuites), à la culture (médiathèques), aux routes, aux transports urbains, à la liberté d'expression (courrier, téléphone, internet), aux urnes. Pourquoi donc alors le travail serait-il interdit d'accès à environ 15% de la population ?

Croissance

C'est un truc dont on fait croire à tous les Français qu'il les concerne. Or en réalité il n'y a que les financiers, les spéculateurs, les politiciens, ceux qui détiennent des parts dans les sociétés du CAC 40, etc. qui veulent davantage de croissance. Mais la "France d'en bas" et les "sans-dents", eux, ils s'en foutent.

Pouvoir d'achat

C'est un virus qui a été mis dans le cerveau des Français pour les faire consommer toujours davantage de choses inutiles ou futiles et les pousser à s'endetter.

Entre 1789 et le milieu du 20è siècle, la plupart des Français moyens n'ont jamais pensé à leur pouvoir d'achat et n'ont pas non plus eu accès au crédit. Pourtant ils ne s'en sont jamais plaints. Bon, d'accord, ils sont tous morts, mais c'est pas de ça. Il faut réapprendre à vivre selon ses moyens (l'eau du robinet désaltère davantage que le Coca Cola et ça fait pas un peuple d'obèses)... à suivre encliquant ICI.

Publié dans Société et modes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article