La chute de deux stars, Sandy Denny et Nico

Publié le par Daniel LESUEUR

On a tant et tant répété que les stars se défonçaient, se détruisaient, qu'il est bon de rappeler que certaines sont mortes de façon accidentelle. Le destin, parfois, décide de leur jouer un mauvais tour, pas toujours mérité.

Pour un artiste, il y a pire que la chute de popularité, c'est la chute... tout court !

Sandy Denny

Il n’y avait pas plus doux, pas plus gentil, pas plus inoffensif que Sandy Denny, chanteuse folk mondialement connue pour s’être illustrée au sein des groupes Strawbs, Fairport Convention et Fotheringay avant de se produire en solo. Elle est également la seule apparition féminine sur un disque de Led Zeppelin (« The battle of Evermore » sur l’album « Zeppelin IV »).

A l’âge de 31 ans, Sandy loupe une marche d’escalier. C’était en mars 1978, en vacances avec ses parents en Cornwall.

La chute n’est pas immédiatement mortelle : un mois plus tard elle s'évanouit et succombe à une hémorragie cérébrale au terme de quatre jours d'hospitalisation. On a dit que sa mort était due à l'absorption exagérée de substances nocives ; d’autres évoquèrent un cancer du cerveau qui pourrait expliquer ses maux de têtes et ses évanouissements, dont l’un aurait causé sa chute dans l’escalier. Chute qui, dès lors, n’aurait fait qu’accélérer un processus certainement inévitable.

Nico

Chute, encore, que celle qui mit un terme à la carrière de Nico, actrice, mannequin, chanteuse du Velvet underground.

Christa Päffgen (1938-1988) est allemande. Elle débarque à Paris et fait la connaissance du photographe Tobias qui la surnomme Nico d'après le prénom de son amant, le réalisateur Nico Patatakis. Elle pose pour des magazines de mode (Vogue, Jardin des Modes, etc.).

En 1959, alors qu’elle traînait sur les plateaux de « La Dolce Vita », elle attire l’attention de Fellini qui lui offre immédiatement un rôle.

Elle va ensuite partager sa carrière entre Paris et New York car là-bas elle s’est inscrite aux cours du célèbre Lee Strasberg, celui-là même qui avait révélé le talent de Marilyn Monroe et eut également pour élèves James Dean, Dustin Hoffman, Sidney Poitier, Marlon Brando, Al Pacino et Robert de Niro. En 1962, elle a une liaison avec Alain Delon Ils auront un fils que l’acteur refusera de reconnaître bien qu’il en confie la garde à ses propres parents.

Aux Etats-Unis, Nico inspire Bob Dylan qui, pour elle, écrit le superbe « I’ll Keep it with mine ».

En Grande-Bretagne, elle évolue dans la nébuleuse Rolling Stones dont le fondateur Brian Jones lui permet d’enregistrer son premier 45 tours en 1965 (« I’m not sayin’ », un échec commercial). Son timbre de voix, très grave, n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd Andy Warhol lui propose, en alternance avec Lou Reed, de chanter dans le groupe qu’il a monté de toutes pièces, le Velvet Underground. Il semble cependant que Reed, trop arriviste, la pousse vers la sortie.

Nico va dès lors enregistrer en solo des albums sombres et glacials (« The Marble Index » en 1969, « The Desert Shore » en 1970). Seul le premier, « Chelsea Girl » (1967) aurait pu être accessible au grand public.

Ses amants célèbres sont innombrables

Citons Tim Buckley et surtout Jim Morrison, puisqu’en 1974 elle publie « The End », reprise d’un des premiers titres des Doors. De 1970 à 1979 elle vit avec le réalisateur Philippe Garrel et s’illustre dans ses films, dont le mythique « La Cicatrice Intérieure » (1972). Son dernier compagnon sera le chanteur punk John Cooper Clark : le 18 juillet 1988, à Ibiza, elle est victime d’une insolation. Elle part quand même à vélo, fait une chute et meurt d’une hémorragie cérébrale. Elle aurait eu 50 ans trois mois plus tard. Elle est enterrée à Berlin.

La chute de deux stars, Sandy Denny et Nico

Publié dans musique, CINEMA, PEOPLE

Commenter cet article