Les méconnues du 20è siècle : Wendy Yoshimura

Publié le par Daniel LESUEUR

Wendy Yoshimura... Un nom que les Américains découvriront lors de la folle cavale de Patti HEARST, petite fille d'un magnat de la presse. Après avoir été kidnappée par le SLA, Patti avait rallié la cause de ses ravisseurs.

Membre du SLA,, Wendy Yoshimura avait pris un mauvais départ dans la vie : elle était d’ascendance japonaise et née après Pearl Harbor.

Wendy avait vu le jour en 1943 dans un camp d’internement où ses parents, bien que naturalisés américains, étaient détenus.

Après la guerre, la famille Yoshimura avait été envoyée sur une petite île proche d’Hiroshima, le père ayant été enrôlé dans les Forces américaines d’Occupation, et revint aux États-Unis douze ans plus tard.

A treize ans, Wendy ne parlait que japonais. Elle fit ses études en Californie et, en 1969, sortit avec un jeune activiste américain du nom de Willie Brandt, fondateur du groupuscule Revolutionary Army responsable d’actes de violence lors de manif’ contre la guerre du Vietnam : en 1972, dans une cache sur le campus de l’université de Berkeley, la police avait retrouvé des armes et des explosifs dans un garage loué au nom de Wendy.

Entre autres intentions criminelles, l’Armée révolutionnaire avait prévu d’assassiner dans sa ville d’Aspen, station de sports d’hiver du Colorado, l’ancien secrétaire du ministère de la défense Robert McNamara. Brandt avait été arrêté mais Wendy, qui avait échappé à la souricière tendue par la police, avait pu quitter la Californie et vivre ensuite dans le New Jersey sous un nom d’emprunt : http://www.people.com/people/archive/article/0,,20065713,00.html

Elle a heureusement refait sa vie et est aujourd'hui une artiste réputée.

Les méconnues du 20è siècle : Wendy Yoshimura
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article