Sandie Shaw, poupée dans un STRING...

Publié le par Daniel LESUEUR

Le public français n'a retenu d'elle que son titre "Puppet on a String", vainqueur à l'Eurovision en 1967. Pourtant son oeuvre est globalement intéressante

Sa notoriété, au départ, repose sur presque rien : en 1964, alors que son premier vinyl 45-tours simple ("As Long As You're Happy") est un échec cuisant, un journal la montre enregistrant sans chaussures. Ce détail sans intérêt fait couler beaucoup d'encre. Le public s'intéresse à elle... mais la voilà obligée de dorénavant se produire en public pieds nus !

Sandie Shaw… Un pseudonyme

Sandra Goodrich –c’est son véritable patronyme- se retrouve n°1 en Grande-Bretagne avec « Always Somethin' There To Remind Me ». Elle s’arrêta en revanche à la 52è place du top américain. Et en France on écouta surtout la version d’ Eddy Mitchell, « Toujours un coin qui me rappelle ».

Numéro un au hit-parade anglais

Une place ô combien convoitée qu'elle retrouvera deux fois, en 1965 avec "Long Live Love" et, évidemment, en 1967 avec "Puppet On A String ", un titre qu’elle déteste. Elle le méprise et l'a enregistré à contrecœur, avouant avoir fait une concession. Pour une fois, elle a fait une infidélité à Chris Andrews, son auteur-compositeur attitré. Les responsables du titre sont Bill Martin et Phil Coulter, deux auteurs-compositeurs sans réel talent (sinon l'opportunisme) qui, l'année suivante, écriront pour Cliff Richard le titre représentant la Grande-Bretagne à l'Eurovision, l’épouvantable "Congratulations".

Certes Sandie remporta le concours de l'Eurovision, mais ses fans de la première heure se détournèrent d'elle et lui firent payer sa trahison à la cause du pop en dédaignant ses publications postérieures.

Au total Sandie figura 17 fois dans le Top 20 britannique

Ce fut souvent grâce à des titres signés Andrews, malgré quelques cuisants échecs ("I Don't Need Anything", le plus désastreux : une seule semaine dans les charts... et encore seulement à la 50ème place !). Sandie recueillit chez nous énormément de succès et enregistra de nombreux disques en français : 32 chansons au total (vous les retrouverez sur le site Encyclopédisque en cliquant ici : http://www.encyclopedisque.fr/artiste/4286.html) dont les hits « Mais tu l'aimes », « Tu l'as bien compris », et « Puppet On A String » qui devint, non pas « Une poupée en string » mais « Comme un tout petit pantin ».

Après encore un hit mineur (« Monsieur Dupont »,1969), Sandie disparaît du hit-parade.

Elle avait loupé le coche...

Quelques mois plus tôt, sa version de « Those were the days» (la chanson sera réenregistrée en 1995 par Cynthia Lennon, première épouse du célèbre Beatle) avait été totalement éclipsée par celle de Mary Hopkin, la jeune Galloise qui fut la première artiste à signer sur Apple, le label de disques lancé par les Beatles.

Sandie Shaw, poupée dans un STRING...

Publié dans musique, PEOPLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article