Nos stars vues de l'étranger : France Gall aux U.S.A.

Publié le par Daniel LESUEUR

Isabelle Gall, est née à Paris en 1947. A la grande époque de Salut les copains, tandis que Françoise Hardy et Sylvie Vartan caracolaient en tête des hit-parades dans des styles diamétralement opposés, Sheila et France Gall étaient presque systématiquement troisième et quatrième en alternance. A première vue, Sheila et France Gall, même combat ("Sacré Charlemagne" et "L'Ecole est finie"... "Pendant les vacances" et "Mes premières vraies vacances"... "Le Folklore américain" et "L'Amérique"... c'est kif-kif bourricot). Avec un répertoire basique similaire, toutes deux connaissent à la fin des années soixante un net déclin de popularité, beaucoup plus marqué, d'ailleurs, chez France Gall, et principalement dû au choix de leurs chansons, moins percutantes. Leurs adorateurs, néanmoins, continuent à faire bon accueil à leurs publications en attendant un éventuel grand retour... qui se fera en 1974 pour France, prise en mains par Michel Berger (mariage en 1976) qui vient d’être abandonné par Véronique Sanson (elle l'avait quitté pour épouser le rocker américain Steve Stills mais s'apercevra bien vite qu'elle s'est fourvoyée).

Avec "La Déclaration" (1974), un titre signé Michel Berger, France Gall retrouve le chemin d’un succès qui l’avait négligée depuis sept ans. Ses derniers gros succès remontaient à 1967 (Bébé requin).

En 1969, elle avait signé sur un petit label de disques intitulé La Compagnie et pendant cinq ans connut une période d'échecs. Il suffit d’en citer les titres, qui n'évoquent rien à personne : "Zozoi", "Les Eléphants", "Frankestein", "Caméléon-caméleon"...

Pour France Gall, les tubes pleuvent jusqu'au décès prématuré de Michel Berger en 1992 : "La Groupie du pianiste", "Cézanne peint", "Résiste", "Calypso", "Débranche" et surtout "Ella, elle l'a", une parfaite réussite qui s'est magistralement vendue dans toute l'Europe.

Nos stars vues de l'étranger : France Gall aux U.S.A.

Publié dans musique, MEDIAS, PEOPLE

Commenter cet article