Les circonstances de la mort d'Elvis Presley

Publié le par Daniel LESUEUR

Fut-il victime d'une usure de l'organisme due à des années d'excès... ou au contraire à un tragique incident de dernière minute ? Les deux versions se valent

Lorsqu’arrive, imprévisible, la mort d’un artiste mondialement connu, les gens qui l’ont entouré croient bien faire en faisant disparaître des indices qu’ils considèrent comme susceptibles d’entacher l’image du défunt ou de la défunte. C’est vrai pour Marilyn Monroe, c’est vrai pour Janis Joplin, ce fut vrai pour Jim Morrison dont la vraie fin ne fut révélée que 35 ans plus tard. C’est également très vraisemblable en ce qui concerne Elvis…

16-8-1977 : les dernières heures d’Elvis Presley

Elvis meurt le 16 août 1977 vers 9 heures, et l'on découvre son cadavre aux environs de 14 heures. Alors qu'il a déjà quitté le monde des vivants, tout est fait pour le ranimer, car ce n'est pas un vulgaire quidam : massage cardio-pulmonaire, masque à oxygène, injections de stimulants cardiaques, thoracotomie. Les dents de devant sont brisées pour pouvoir glisser des tubes dans la gorge, faire passer l'air et aspirer les vomissures pour un éventuel lavage d'estomac (qui ne sera, finalement, pas effectué).

Si c’est vrai, pourquoi s’être acharné sur un cadavre ?

En conséquence, les médias annoncèrent à tort qu'Elvis était mort à l'hôpital... ce qui était peut-être l'effet voulu, et ce qui conduira de nombreux observateurs à décréter qu'il subsiste un "mystère Elvis". Elvis est décédé dans sa somptueuse salle de bains-WC-toilette-garde-robes Dans cette pièce immense se trouve également un lit : quelqu'un, en permanence, doit être présent pour veiller sur Elvis, où qu'il soit...

Etrange promiscuité.

D’autant qu’au matin de sa mort, Elvis est seul sur la cuvette des toilettes. C'est lui-même, paraît-il, qui a ordonné qu'exceptionnellement personne ne reste dans les parages. De là à attester la thèse du suicide, il n'y a qu'un pas... À l'extrême limite, une explication digne du plus noir des polars pourrait être acceptable : Elvis attend, secrètement, un quelconque rendez-vous mafiosi, se fait défoncer la tête. Plausible...

Première hypothèse : un meurtre

La salle de bains d'Elvis a été totalement vidée de tout indice gênant (pilules, éventuellement seringues) avant l'arrivée de la police, conduisant à la fermeture du dossier par le commissariat le soir même du drame. Du coup, les partisans de la thèse du meurtre jubilent : si tant d'indices ont disparu, l'enquête et l'autopsie, bâclées, ne semblent pas crédibles. Dans ce cas, un "coup du lapin" aurait pu ne pas avoir été détecté, dans la mesure où l'on n'aurait pas pensé à vérifier si le cou d'Elvis avait été brisé.

Mais la réalité qui s'impose est toute autre : comme ce fut très certainement le cas après la mort de Marilyn Monroe, l'entourage d'Elvis aura soigneusement "nettoyé" l'appartement pour faire disparaître toute trace d'objet ou de substance qui aurait pu ternir l'image de l'idole en accréditant la thèse d'un décès peu ordinaire.

Deuxième hypothèse : le suicide

Admettons qu'Elvis ait voulu se suicider, comme l'ont suggéré son beau-frère David Stanley et l'auteur Albert Goldman. Dans ce cas, effectivement, il renvoie son "garde du corps" et il débranche la vidéosurveillance afin que personne ne vienne le sauver à l'ultime seconde. OK.

Mais dans ce cas pourquoi a-t-il choisi de mourir misérablement sur la cuvette des WC ? Joe Esposito, que plus d'un historien du rock considère comme le meilleur ami d'Elvis, est catégorique :

« Je me suis rendu à Graceland sur le coup de 13 h30, afin de vérifier que tout était fin prêt pour le départ en tournée du soir. [...] Elvis, couché dans la salle de bains, était déjà froid. Mais Elvis n'aurait aucunement porté atteinte à sa vie. D'abord, pour ne pas faire de peine à Lisa Marie. Ensuite, parce qu'il l'aurait fait de façon spectaculaire. Se suicider en privé, dans sa salle de bains, cela ne colle pas à sa personnalité. Il aurait fait quelque chose de grand, d'inoubliable, il se serait "mis en scène". Et enfin il ne l'aurait pas fait sans laisser un mot d'explication à ses proches. Pour toutes ces raisons, il est tout simplement impossible qu'Elvis se soit suicidé».

D'autant qu'Elvis n'avait jamais manifesté la moindre tendance véritablement suicidaire. Troisième hypothèse : l’overdose de médicaments

Elvis avait demandé à rencontrer Richard Nixon. Il souhaitait être investi officiellement d'une mission pour lutter contre la drogue. Ses fans, qui ont du mal à reconnaître en lui l'ancien jeune homme révolté qui faisait trembler la société, apprendront plus tard qu'il s'agissait d'un prétexte pour se placer au-dessus de la loi et pouvoir ainsi transporter en toute quiétude les substances nécessaires à sa propre consommation.

Celui qui, publiquement, menait une campagne farouche contre l'utilisation de drogues, serait peut-être mort d'une overdose. Une overdose de médicaments, mot, qui, en anglais, se dit "drugs"; il consommait aussi pas mal de cocaïne. Annoncer la vérité toute crue aurait terni son image. En conséquence, tout va consister à brouiller les cartes en faisant passer cette OD pour une crise cardiaque, ce qui, somme toute, n'est pas très éloigné de la réalité.

Encore fallait-il attendre les résultats de l’autopsie….

Les circonstances de la mort d'Elvis Presley

Publié dans musique, PEOPLE

Commenter cet article

séverine 03/02/2016 04:08

Ah quoi bon chercher des hypotheses de suicide et autres?? Elvis serait mort jeune car il était bouffi par l'alcool et les médicaments ben oui la drogue et la cocaine et ca finit par tuer quelqu'un..Cloclo est bien mort d'abus de drogue probablement aussi pour avoir voulu changer une ampoule de sa baignoire les mains mouillées..Elvis n'aurait pas fait long feu meme a 42 ans, il en faisait bien 50 ,il était gras,obèse et méconnaissable malgré ses beaux yeux et surement fatigué,fatigué de ses concerts,fatigué de vivre..son heure etait venue point!

Xavier 17/11/2016 16:31

Usé par sa vie de bâton de chaise, oui, usé parce qu'il brûlait la chandelle par les deux bouts, oui mais fatigué de vivre? non...