Les chanteuses françaises durant l’Occupation (2)

Publié le par Daniel LESUEUR

Elles essayaient de gagner leur vie, sur disque ou au cabaret

Durant la Seconde guerre mondiale, il était très difficile, sinon dangereux, d’exercer le métier de chanteuse à Paris … Hormis Edith Piaf et deux ou trois autres « légendes de la chanson française », la plupart des artistes qui ont chanté durant les années de guerre (1939-1945) sont aujourd’hui presque totalement oubliées. Certaines, pourtant, ne méritent pas l’affront du temps… Citons Marianne Oswald, Agnès Capri, Josette Daydé, Lina Margy, Vicky Autier...

Marianne Oswald

Marianne Colin (1903-1985) est née à Sarreguemines, en Moselle. A vingt-deux ans, elle chante dans les cabarets berlinois. En tant qu'israélite, l'avènement du IIIème Reich l'incite à se réfugier à Paris (1933) où elle popularise les œuvres de Bertolt Brecht et Kurt Weill, ainsi que "Anna la bonne" et "La Dame de Monte Carlo" de Jean Cocteau, et elle innove en interprétant des textes de Prévert (sur les musiques de Kosma).

Dans la salle, les avis sont partagés. Elle semble sans doute trop germanique pour ceux qui voient resurgir le spectre de 1914, et la presse de droite s'acharne contre elle. En rouge de la tête aux pieds (elle a une crinière de lionne), elle risque bien d'agrémenter sa tenue du jaune de l'étoile qu'on l'obligera à porter si elle reste sur le Vieux Continent. La voilà donc réfugiée à New York où, heureusement, elle peut continuer à se produire. Madame Roosevelt en personne la place sous sa protection. Puis c'est au tour d'Hollywood de lui faire les yeux doux, lui donnant le goût, à la Libération, de revenir en France affronter les caméras, au cinéma, dans Les Amants de Vérone (1948), et à la télévision où elle présentera de nombreuses émissions pour les enfants.

Agnès Capri

Le Boeuf sur le Toit, boîte chapeautée par Cocteau, avait déjà révélé de nombreuses artistes, dont Suzy Solidor (voir notre article http://blog-des-auteurs-libres.over-blog.com/2014/08/les-meconnues-du-20e-siecle-suzy-solidor.html) et Marianne Oswald. L'affiche ne serait pas complète si l'on oubliait de mentionner Agnès Capri.

De son vrai nom Sophie-Rose Friedmann (1905-1976), elle suit des cours d'enseignement théâtral auprès du grand Charles Dullin. Elle se produit ensuite au cabaret déjà cité, avant d'ouvrir le sien propre, le Capricorne, aux dimensions minuscules. Un lieu privilégié ou se retrouvent intellectuels, poètes et artistes authentiques. Comme Marianne Oswald, elle chante Prévert. Le Capricorne avait ouvert en 1938 ; il ferme en 1939. Agnès défie les autorités qui lui ont interdit d'organiser une tournée en zone libre.

Recherchée par la police de Vichy, elle se réfugie en Afrique du Nord et anime des spectacles pour l'opéra d'Alger. A la Libération, elle peut reprendre ses activités de gérante de cabaret et accueille, avec les Quatre Barbus, Cora Vaucaire et Mouloudji, une nouvelle vague avant que le terme ne soit inventé. Une nouvelle vague qui ne tiendra pas suffisamment longtemps pour profiter d'un effet de mode : le lieu doit fermer ses portes en 1958. Ne pouvant plus influer sur la carrière des autres, elle reprend la sienne en mains et, jusqu'à sa mort, restera chanteuse et comédienne.

Josette Daydé

Concurrente directe de Mademoiselle Swing, elle passe fréquemment à la radio avec Grand-père n'aime pas le swing ; n'ayant pu renouveler son répertoire, elle est aujourd'hui oubliée. Elle n’aurait pas pu faire une carrière complète uniquement sur le swing... un mot aujourd'hui suranné mais qui pourtant décida de l'orientation de plus d'une carrière.

Vicky Autier

Cette jeune Niçoise semblait destinée à interpréter la musique classique ; dès son plus jeune âge, elle pianotait au Conservatoire. Mais lorsqu'elle découvrit le jazz dans les caves de Saint-Germain-des-Prés, son destin s'en trouva bouleversé. Sa renommée également : la voici chantant sur les scènes du monde entier. Plus connue "ailleurs" que dans son propre pays, Vicky Autier est très certainement la seule chanteuse dont l'effigie orne un timbre-poste du Kenya !

Les chanteuses françaises durant l’Occupation (2)

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article